Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2009 : Médias - Avances à l'audiovisuel - Presse

 

B. DES DÉFIS NOMBREUX À RELEVER AVEC DES MOYENS ENCORE INSUFFISANTS

1. Un besoin de rénovation à tous les niveaux

Une partie de la réponse à la crise de la presse payante réside, à l'évidence, dans le renouvellement de l'offre éditoriale. Dans un contexte de concurrence accrue en matière de diffusion de l'information de la part d'Internet ou des chaînes d'information en continu, il appartient à nos quotidiens de se montrer non seulement plus réactifs mais également de mettre en évidence leur valeur ajoutée, à savoir non pas seulement le simple exposé d'une actualité brute mais également une analyse critique des faits. Votre rapporteur pour avis estime, en particulier, que des initiatives rédactionnelles innovantes sont indispensables pour rénover la politique éditoriale de nos journaux afin de mieux répondre aux attentes d'un lectorat (notamment jeune) en pleine désaffection.

Le passage de la presse écrite payante à l'ère du numérique n'implique pas que celle-ci se conforme aux codes de lecture déjà en vigueur sur la toile mais, bien au contraire, qu'elle investisse Internet pour y diffuser sa propre identité : afin de se distinguer des autres sites à caractère informatif, tels que les blogs, la presse écrite en ligne a vocation à s'inscrire dans une démarche de certification permettant aux lecteurs de faire la différence entre une information de qualité, à caractère professionnel, des autres sources d'information.

Enfin, le secteur de la presse doit faire l'objet d'une rénovation sociale concertée, du stade de la rédaction à celui de la diffusion, en passant par celui de la fabrication et de la distribution. Il n'est pas envisageable de faire peser l'effort de rationalisation des coûts sur un seul segment de l'activité de presse.

2. Les États généraux de la presse : une opportunité à ne pas manquer pour relever le pari de la presse du XXIe siècle

Alors que votre rapporteur pour avis appelle de ses voeux une participation équilibrée de tous les acteurs aux discussions sur la rénovation de chaque segment de l'activité de presse dans le cadre des États généraux de la presse, il constate, avec regrets, qu'un certain nombre de tensions ont déjà émergé, certaines organisations représentatives menaçant ou ayant fait le choix de se retirer des débats dès lors qu'elles s'estiment sous-représentées.

Dans ces conditions, votre rapporteur pour avis s'inquiète de ce que les conclusions et les recommandations de ce « Grenelle de la presse » perdent de leur écho et de leur légitimité, dans le cas où des organisations représentatives n'auront pas pu y faire entendre leur voix.

Votre rapporteur pour avis tient, toutefois, à saluer l'organisation de ces États généraux en quatre pôles, destinés à coopérer entre eux et permettant de couvrir l'ensemble des défis qui se posent à la presse écrite de demain :

- un pôle intitulé « Presse et société : répondre aux attentes des lecteurs et des citoyens », présidé par M. François Dufour, traitera notamment des sous-thèmes que constituent les questions de concentration, de confiance, de contenu et de jeunesse ;

- un pôle intitulé « Imprimer, transporter, distribuer, financer : comment régénérer le processus industriel de la presse écrite ? », présidé par M. Arnaud de Puyfontaine ;

- un pôle intitulé « Le choc d'Internet : quels modèles pour la presse écrite ? », présidé par M. Bruno Patino ;

- un pôle intitulé « Métiers du journalisme », présidé par M. Bruno Frappat.