Allez au contenu, Allez à la navigation



 

    retour sommaire suite

II. UNE INSTITUTION MODERNISÉE QUI SE VEUT INFLUENTE

A. UNE COMMUNICATION TOUJOURS DYNAMIQUE

1. La diffusion classique des travaux du Conseil

La direction des Journaux officiels, avec laquelle le CES a signé une convention en 1997, assure la reproduction et la diffusion la plus large possible des avis, rapports et études du Conseil.

Ces travaux sont transmis, outre aux actuels et anciens membres du CES, aux institutionnels (parlementaires, ministères, collectivités territoriales, conseils économiques et sociaux régionaux), aux organisations professionnelles et sociales, aux abonnés, à des journalistes, à des destinataires choisis en fonction du sujet. Ils sont également vendus au public, comme les documents de l'Assemblée nationale et du Sénat.

La « Note d'Iéna » (4 pages), dont l'objet principal mais non exclusif est de présenter les avis du CES, permet une diffusion rapide de l'information. Sa diffusion va de 500 à 3.000 exemplaires, selon les thèmes et les publics concernés. Le Conseil fait paraître une trentaine de notes d'Iéna par an. De plus, le Conseil publie chaque année un rapport annuel qui regroupe ses travaux en les synthétisant.

2. Les actions de communication sur les divers travaux

Chaque assemblée plénière est précédée d'une conférence de presse du rapporteur concerné. Cette conférence de presse se déroule en présence d'une quinzaine de journalistes en moyenne.

Par ailleurs, certains travaux peuvent être publiés sur support numérique, avec pour principaux avantages une diffusion à l'échelle internationale et une illustration par l'image.

Enfin, les « Forum d'Iéna », qui réunissent 400 à 800 participants, permettent d'entrer en relation avec différents publics. Cinq forums se sont déjà déroulés en 2004 sur des sujets divers : « Sport, règles et société », « L'artisanat, un projet pour demain », « Ecole, Formation, Emploi : la nouvelle donne », « Les petits actionnaires : faibles ou puissants ? » et « La mer, richesse exploitée ou richesse gâchée ? ».

3. Le succès du site Internet

Son site Internet (www.ces.fr), ouvert en 1999, constitue désormais pour le Conseil un vecteur d'information essentiel, et ce, dans trois domaines : la connaissance de l'institution (y compris de ses moyens de fonctionnement), les publications depuis 1947 (avec possibilité de téléchargement pour les documents publiés depuis 2000), la vie du Conseil (actualité, travaux, agenda, événements et manifestations).

Le nombre d'abonnés au site est passé de 1.203 au 1er juillet 2003 à 1.921 au 1er juillet 2004. Exprimée tant en nombre d'internautes qu'en nombre de connexions, la fréquentation du site augmente régulièrement. Le téléchargement des publications est également en constante augmentation. Le CES travaille actuellement à l'établissement d'indicateurs statistiques pertinents permettant de cerner au mieux les apports de son site.

    retour sommaire suite