Allez au contenu, Allez à la navigation



 

    retour sommaire suite

2. Une continuité dans les priorités

Depuis plusieurs années, les priorités sont orientées vers :

L'Europe : Le CES français a dédié des moyens à son action au sein de l'Europe. Il s'est doté en février 2001 d'une délégation pour l'Union européenne, composée de 18 conseillers, et a détaché un de ses fonctionnaires auprès du CES européen, permettant ainsi de resserrer véritablement les liens avec les CES de l'Union européenne et les forces socio-économiques d'Allemagne et du Royaume-Uni, qui ne disposent pas - ou plus -de CES.

Les relations avec les pays candidats à l'Union européenne : l'action du CES français, et plus particulièrement du président Dermagne, a pour but de faire adhérer à l'AICESIS les institutions représentatives de la société civile de ces pays, comme ce fut le cas en mai 2004 pour les conseils de Croatie, de Slovénie et de la République tchèque.

Les relations euro-méditerranéennes : lors du Sommet euro-méditerranéen de Malte en novembre 2003, le CES français, responsable d'un groupe de travail réunissant les CES d'Algérie, de Tunisie, d'Espagne, de Grèce et d'Italie, a rendu un rapport sur le thème « Nouveaux savoirs, nouveaux emplois : les effets des nouvelles technologies ». Il participe à la rédaction d'un rapport « Immigration et coopération entre les pays de la région » pour le Sommet de Valence (Espagne) de novembre 2004. Enfin, il coopère aux programmes européens MEDA.

L'Afrique et les pays francophones : pour des raisons historiques, le CES français entretient des relations étroites et continues avec les pays de cette zone. En 2003 et 2004, des échanges ont eu lieu notamment avec le Gabon et le Mali. Le but est de favoriser, grâce aux nouvelles technologies, le développement de CES dans les pays pauvres, au sein desquels les acteurs économiques et sociaux dialogueraient démocratiquement.

La Chine : depuis 1995 a lieu, en Chine ou en France, une rencontre annuelle des membres du CES français avec des parlementaires des commissions des finances et de l'agriculture de l'Assemblée nationale populaire de Chine, sur des thèmes économiques et, depuis 2001, sur des thèmes sociaux, avec la participation de responsables syndicaux français. La Chine, où le président Dermagne s'est rendu en février 2004, a créé son CES en 2001. Elle est un membre actif de l'AICESIS.

    retour sommaire suite