Allez au contenu, Allez à la navigation

Les hélicoptères de l'armée de terre : situation et perspectives

10 juillet 2002 : Les hélicoptères de l'armée de Terre ( rapport d'information )

 

 

II. LES PERSPECTIVES DES FORCES AÉROMOBILES DE L'ARMÉE DE TERRE

Les autorités militaires responsables de l'emploi des forces ont très clairement confirmé à votre rapporteur qu'à leurs yeux, l'aéromobilité constituait une capacité clef dans la gestion des crises et que l'hélicoptère de transport en constituait l'outil central.

Face à ce besoin reconnu, le manque de matériel disponible se fait sentir tous les jours. La tension est telle qu'il est souvent nécessaire d'arbitrer au plus haut niveau entre deux demandes d'emploi pour un seul appareil. Bref, de tous les types de matériels des armées, ce sont les hélicoptères de transport qui connaissent « la pire des situations », selon les termes mêmes employés par les interlocuteurs de votre rapporteur.

Ce constat est bien entendu d'une certaine gravité, s'agissant d'équipements reconnus comme centraux pour nos capacités opérationnelles. La question qui se pose est de savoir si l'on peut espérer un redressement rapide dans les prochaines années ? La réponse est mitigée.

Pour les hélicoptères de combat, l'arrivée du Tigre pour remplacer progressivement les Gazelle à partir de l'an prochain permet d'afficher une certaine sérénité, même s'il reste à trouver les meilleurs moyens d'optimiser les conditions d'entrée en service de ce nouvel appareil, notamment en arrêtant, parmi plusieurs solutions, le choix de la version la plus satisfaisante sur les plans opérationnel et financier.

Pour les hélicoptères de transport, c'est en revanche l'inquiétude qui domine. L'arrivée de l'hélicoptère NH 90, destiné à succéder aux Puma puis aux Cougar, n'est prévue qu'en 2011. D'ici là, il faudra exclusivement compter sur le parc actuel, dont la plus large part, constituée de Puma, sera rapidement frappée d'obsolescence au regard des exigences prévisibles de l'environnement opérationnel. Les limitations qui s'imposeront à ces appareils entraîneront une notable détérioration de nos capacités.

Plusieurs options ont été étudiées pour réduire autant que possible ce sérieux handicap. A ce jour, aucune n'apporte de solution réellement satisfaisante et seuls paraissent se dessiner des palliatifs limités.

Il serait toutefois utile que les réflexions se poursuivent, y compris en étudiant de manière approfondie des solutions innovantes, pour combler au mieux le « trou capacitaire » en matière d'aéromobilité qui attend nos armées d'ici le début de la prochaine décennie.

A. LES PROGRAMMES DE RENOUVELLEMENT DES ÉQUIPEMENTS

Votre rapporteur présentera ici, en l'état actuel du dossier, le déroulement des deux grands programmes majeurs Tigre et NH 90.

1. L'hélicoptère de combat Tigre

Conduit en coopération franco-allemande, et désormais intégré à l'Organisation conjointe de coopération en matière d'armement (OCCAR), le programme Tigre a été engagé en 1984.

Pour la France, il s'agissait de pourvoir au remplacement de la totalité du parc Gazelle avec un appareil capable de remplir la plupart des missions du combat terrestre : reconnaissance, escorte de transport tactique, appui feu air-sol, combat anti-hélicoptère, attaque en profondeur et combat antichar.

Le Tigre est construit par Eurocopter. Il sera doté de deux moteurs fournis par MTR, réunion de l'allemand MTU, du français Turboméca et du britannique Rolls Royce.

Cet appareil sera capable de remplir les missions de combat de jour comme de nuit et par mauvaise visibilité, grâce à une mobilité, une furtivité et une puissance de feu bénéficiant des technologies les plus modernes. Sa vitesse atteindra 260 km/h et il pourra voler à 3500 m d'altitude sur 800 km.

L'Allemagne et la France ont effectué, s'agissant des différentes versions de l'appareil, des choix différents.

L'Allemagne, qui affiche une cible de 212 appareils à l'horizon 2025 et qui a déjà passé commande de 80 appareils en 1999, a opté pour une version unique dite « UHT » (Unterstützung Hubschrauber Tiger - Tigre d'appui au combat). Le Tigre UHT accomplira des missions de reconnaissance armée, d'appui-feu air-sol et de combat antichar. Il pourra se placer dans différentes configurations. Pour le combat anti-char, il sera équipé de missiles de type « tire et oublie » Trigat ou Hot de troisième génération (Hot 3). Pour d'autres missions, il pourra être armé de roquettes ou de missiles air-air. L'armée de terre allemande doit recevoir ses premiers Tigre UHT à la fin de cette année.

La France, pour sa part, a choisi de développer deux versions.

La version appui-protection (HAP), destinée au combat air-sol ou air-air, possède un canon de 30 mm et pourra être armée d'un panier de 68 roquettes et de 4 missiles Mistral.

La version antichar (HAC) a été conçue pour recevoir 6 missiles antichar en configuration mission (capacité de 8) et 4 missiles air-air Mistral. Elle possède un viseur de mat à capacité infrarouge pour le combat de nuit comme de jour.

La cible affichée par la France à l'horizon 2025 était de 215 appareils (115 HAP et 100 HAC). La cible arrêtée dans le modèle 2015 est de 120 appareils (70 HAP et 50 HAC). La France, comme l'Allemagne, a commandé 80 appareils en 1999, dont 70 HAP et 10 HAC. Les premières livraisons devraient intervenir à l'été 2003.

L'échéancier de livraison des 80 appareils, tel que prévu à ce jour, est retracé dans le tableau ci-dessous.

 

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

2010

2011

HAP

2

8

10

10

10

10

10

10

 

HAC

               

10

Le coût total du programme Tigre est évalué à plus de 7 milliards d'euros, dont environ 1,5 milliard d'euros pour le développement. Le coût unitaire est estimé à 16,7 millions d'euros pour la version HAP et à 19,6 millions d'euros pour la version HAC4(*).

La possibilité de développer, notamment pour l'exportation, une autre version du Tigre, proche de la version HAP mais capable d'emporter des missiles antichar, conduit à reconsidérer le choix initial effectué par la France et à examiner la possibilité d'unifier, dans le futur, le parc de Tigre autour d'une seule version polyvalente.

* 4 Évaluations effectuées par le ministère de la défense au coût des facteurs de 2001