Allez au contenu, Allez à la navigation



Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU)

 

C. UN FONCTIONNEMENT DÉSORMAIS BIEN RÔDÉ

1. Une structure légère et efficace

A juste titre selon vos rapporteurs spéciaux, l'ANRU souhaite conserver une structure légère d'administration de mission, garante de son efficacité et de sa réactivité. Pour autant, elle ne bénéficiait pas dans sa première année des effectifs et des moyens lui permettant de faire face à l'explosion de son activité.

A cet égard, il est satisfaisant de constater que les effectifs de l'Agence ont été renforcés, passant de 37 personnes en 2004 à 44 personnes en 2005 répartis dans six services (direction générale, direction de la coordination territoriale, direction de la coordination du programme, direction financière, direction des relations extérieures, secrétariat général). L'effectif stabilisé de l'ANRU devrait s'établir à 65 personnes à compter de l'exercice 2006.

2. Un réseau mieux formé

L'action de l'agence s'appuie naturellement sur son réseau territorial constitué des délégués territoriaux, que sont les préfets de département, de leurs équipes (délégués territoriaux adjoints, directions départementales de l'équipement et services des préfectures).

Afin de mobiliser pleinement ce réseau, un important effort de formation a été mis en oeuvre par l'ANRU. Une première campagne de formation des agents des directions départementales de l'équipement et des préfectures a été déployée dans 5 inter-régions6(*) de mars à juin 2005. Ces sessions, animées par des personnels de l'agence ont permis aux responsables de projet et aux instructeurs de dossiers dans les DDE ainsi qu'aux personnels qui assurent le lien entre les projets de rénovation urbaine et les politiques sociales dans les préfectures de se familiariser aux modes de fonctionnement de l'ANRU (règlement général et règlement financier de l'agence).

Venant en approfondissement de ces premières sessions, un nouveau programme de formation, associant des agents des DDE à sa conception, a été lancé en octobre 2005 pour aboutir à sa mise en oeuvre au cours du premier trimestre 2006. Déployé dans 9 régions, destiné aux mêmes publics, avec un contenu enrichi et ciblé selon les participants, abordant les éléments techniques comme les problématiques de conduite de projet et d'animation du partenariat local, ce programme de formation a concerné plus de 400 personnes entre les mois de janvier et mai 2006.

Son intérêt immédiat est de rendre plus compréhensible le système particulier des engagements financiers de l'ANRU et de permettre ainsi aux délégués territoriaux de mieux faire bénéficier les maîtres d'ouvrage des possibilités de financement par subvention renouvelable. L'ANRU attend, en particulier, de ces formations un lissage sur l'ensemble de l'année des décisions attributives de subventions qui étaient encore concentrées, pour un tiers de leur montant total, sur le seul mois de décembre au cours de l'exercice 2005.

En outre, une convention a été conclue entre l'ANRU et l'Ecole de la Rénovation Urbaine (ERU) en 2005. L'ERU, initialement mise en place pour les agents des organismes HLM, a développé un programme global de formation à la rénovation urbaine. Ce partenariat doit permettre d'adapter et d'enrichir les outils pédagogiques actuels de l'ERU dans l'objectif d'ouvrir les prochaines sessions de formation aux agents de l'Etat et des collectivités territoriales impliqués sur les projets de rénovation urbaine.

Les sessions proposées comportent un « jeu urbain » visant la conception d'un projet de rénovation urbaine et une dizaine de modules d'approfondissement traitant de thématiques telles que la conduite de projet, la participation des habitants, la gestion urbaine de proximité, l'aménagement, le relogement, la communication.

Au total, l'ANRU doit consacrer 782.000 euros à la formation des acteurs de la rénovation urbaine en 2006.

* 6 Sud Ouest, Île-de-France, Nord-Ouest, Centre Ouest, Sud Est et Est.