Allez au contenu, Allez à la navigation



Inde : un géant en apprentissage

 

II. UN RIVAL ÉCONOMIQUE DE L'EUROPE, MAIS AUSSI UN PARTENAIRE

A. L'INDE DISPOSE D'ATOUTS IMPORTANTS POUR ÊTRE UN DES PRINCIPAUX ACTEURS ÉCONOMIQUES DU XXIÈME SIÈCLE

1. Un contexte économique et politique favorable au développement

L'Inde, plus grande démocratie du monde, jouit d'une stabilité politique d'autant plus remarquable que s'y maintiennent durablement des inégalités considérables. Il s'agit d'un Etat fédéral dans lequel les Etats fédérés jouissent d'importantes marges de manoeuvre. La délégation a pu le constater, notamment lors de ses échanges avec des membres du gouvernement de l'Etat du Maharashtra9(*).

Sur le plan économique, les équilibres fondamentaux apparaissent relativement assurés. Le premier élément frappant de l'économie indienne est naturellement le dynamisme de sa croissance, puisque celle-ci se situe régulièrement aux alentours de 8 % par an, soit une accélération par rapport à la fin des années 1990. Les perspectives de moyen terme prévoient un maintien de ce rythme de 6 à 8 % de croissance par an.

On assiste aussi à une stabilisation du taux d'inflation aux alentours de 5 %, le Gouvernement prévoyant une diminution de ce taux dans les années à venir. Le déficit public s'établit pour 2005-2006 à 7,7 % du PIB. La dette publique est stable aux alentours de 85 % du PIB.

2. Une main d'oeuvre abondante, qualifiée et peu coûteuse

a) Une main d'oeuvre qualifiée...

L'abondance de la main d'oeuvre va de soi, étant donné les éléments démographiques présentés ci-dessus. Mais le point important réside dans le bon niveau de qualification d'une partie de cette main d'oeuvre, ce qui permet à l'Inde de développer ses activités de service, en particulier dans le domaine des technologies de l'information et des services informatiques aux entreprises (Business Process Outsourcing, BPO), mais aussi de proposer un cadre de développement aux entreprises étrangères. En effet, malgré sa qualification, la main d'oeuvre reste peu coûteuse.

b) ... dont plusieurs facteurs expliquent le faible coût

Le faible coût de la main d'oeuvre en Inde tient à la conjonction de plusieurs facteurs : son abondance, les écarts de niveau et de coût de la vie par rapport aux pays développés, mais aussi l'absence quasi généralisée de charges sociales. En effet, selon les informations recueillies par la délégation, seuls 10 % des salariés disposent d'une protection sociale. Il est très significatif que, quoiqu'étant une démocratie et un pays connaissant un indéniable décollage économique, l'Inde puisse durablement s'accommoder de cette situation difficilement envisageable dans les sociétés occidentales. Celles-ci sont en effet marquées, depuis plus d'un demi-siècle, par le déploiement de l'Etat-providence et des systèmes d'assurances contre les grands risques de la vie.

Naturellement, il convient toujours de distinguer la frange marginale de la population qui profite pleinement de la croissance, et la grande majorité de la population dont les conditions de vie progressent très lentement.

Les membres de la délégation ont toutefois observé avec intérêt que cet avantage du faible coût de la main d'oeuvre devrait en toute logique disparaître à moyen terme, dans la mesure où, même s'ils demeurent très inférieurs à ceux des pays développés, les salaires des secteurs ouverts au marché mondial progressent rapidement. On estime ainsi que cette pression à la hausse des salaires des jeunes diplômés a atteint + 30 % en 2004 et 200510(*)

3. Le développement d'un marché intérieur

L'Inde n'a pas vocation à centrer son développement sur ses seules exportations. Sa croissance économique tient aussi au développement de son marché intérieur. De fait, il convient de souligner que la balance commerciale de l'Inde est déficitaire. Plus encore, les importations croissent plus rapidement que les exportations et le déficit commercial a donc tendance à s'accroître comme l'illustre le tableau ci-dessous :

Commerce extérieur indien

En Mds de dollars

2003-2004

2004-2005

2005-2006

Exportations de marchandises

64,7

80,8

97,3

Importations de marchandises

80,2

119

162

Balance commerciale

-15,5

-38,1

-64,4

Source : mission économique de New Delhi

4. Un fort esprit d'entreprise

a) Un atout...

Comme les membres de la délégation ont pu le constater au cours des échanges qu'ils ont eu avec leurs interlocuteurs, les Indiens sont très confiants dans leur capacité individuelle et collective à améliorer leur situation. De nombreux expatriés en Inde livrent des témoignages de l'inventivité indienne, qui exprime une forme d'optimisme créant un contraste saisissant avec les pesanteurs bureaucratiques, la corruption, le manque d'infrastructures modernes, l'imprévisibilité de la mousson et la grande pauvreté de la majeure partie de la population. Il est clair que l'appartenance à une religion joua, dans ce domaine, un rôle important.

Cette confiance dans l'avenir explique aussi le dynamisme des entreprises indiennes à l'étranger. De façon croissante, en effet, les entreprises indiennes se développent elles aussi sur les principaux marchés mondiaux.

b) ... qui correspond toutefois à une approche particulière

Ce point peut d'ailleurs être à l'origine de difficulté dans les échanges professionnels avec des cadres occidentaux, car la conformité à un modèle donné ou à des délais préétablis ne revêt pas la même importance dans les deux approches. Qu'un produit soit livré en retard ou dans une forme qui diffère de celle prévue à l'origine ne semble constituer, aux yeux de nombreux Indiens, qu'une expression normale des aléas de la vie.

Naturellement, on peut imaginer que l'ouverture croissante sur le monde et le développement des échanges commerciaux diffuse à terme une partie de la culture commerciale occidentale. En revanche, il est plus difficile d'évaluer dans quelles proportions cette évolution interviendra.

* 9 Cf. annexe II.

* 10 Cf. Boillot, op. cit., p. 105.