Allez au contenu, Allez à la navigation



Inde : un géant en apprentissage

 

B. LA NÉCESSITÉ DE PRENDRE EN COMPTE LES DONNÉES EN VALEUR ABSOLUE

1. L'exemple significatif de la téléphonie mobile

Quelques exemples permettent de mettre en valeur les ordres de grandeur de certains éléments significatifs du développement indien. Alors que l'Inde est un des pays les plus pauvres du monde, elle présente en même temps de remarquables aspects de modernité. Ainsi, le parc de téléphonie mobile augmente en Inde de plus de 4 millions d'abonnés par mois. Un tel chiffre met en valeur que, même si une faible minorité des Indiens peut consommer des produits technologiques d'importation, cette fraction de la population représente un marché d'une taille équivalente à celle du marché européen.

La délégation estime donc que les entreprises françaises doivent impérativement être attentives aux évolutions de ce marché. En effet, celui-ci est non seulement déjà important, mais en outre il croît de façon très rapide. Pour reprendre l'exemple de la téléphonie mobile, alors que l'on comptait 100 millions d'abonnés en mai 2006, on en prévoit 250 millions à la fin de 2007, ce qui suppose une accélération importante du rythme de développement du marché.

2. La croissance rapide des investissements directs étrangers

Les flux d'investissements directs étrangers (IDE) vers l'Inde augmentent rapidement. Ils sont ainsi passés de 4,7 milliards de dollars en 2004 à 5,5 milliards de dollars en 2005. Les membres de la délégation souhaitent faire plusieurs observations sur ce point :

- d'une part, il convient de rappeler le rôle important, dans ces investissements, de la diaspora indienne dont on a évoqué l'influence ci-dessus. On peut voir une illustration de ce rôle dans le fait que le premier investisseur en Inde est l'Île Maurice, avec 37 % du total ;

- d'autre part, on peut observer qu'avec 25 % du total des IDE, l'Union européenne à 15 est plus présente que les Etats-Unis ;

- enfin, il faut souligner que l'Inde reçoit moins d'IDE que la Chine. Ainsi, cette dernière a reçu près de 12 fois plus d'IDE que l'Inde en 2005, soit 60 milliards de dollars7(*). Ce point particulier est une première illustration des différences de situation entre l'Inde et la Chine. Certaines analyses8(*) conduisent toutefois à relativiser cet écart, du fait notamment de biais méthodologiques dans la comptabilisation des IDE dans ces deux pays.

* 7 Les auteurs de L'essentiel d'un marché : Inde, estiment ainsi que ce montant de 60 milliards de dollars correspond à l'ensemble des IDE perçus par l'Inde depuis 1991.

* 8 Cf. sur ce point Boillot, op. cit., p. 84.