Allez au contenu, Allez à la navigation



Diversité sociale dans les classes préparatoires aux grandes écoles : mettre fin à une forme de « délit d'initié »

 

2. Les « grandes écoles » : un ensemble peu homogène

a) Une catégorie juridique non définie

Alors que l'univers des « grandes écoles » est caractérisé par la diversité, la mission d'information a pu mesurer, au fil de ses auditions, combien la perception que l'on en a est biaisée par la forte visibilité de quelques-unes - les plus prestigieuses - que l'on regroupe sous le vocable des « très grandes écoles ». La parution régulière de « palmarès » des grandes écoles contribue à entretenir cette vision fortement hiérarchisée, mais forcément incomplète.

Or, les écoles, grandes ou moins grandes, ne constituent pas une catégorie homogène7(*).

Ainsi, à la différence de l'université, clairement encadrée, dans son organisation et ses objectifs, par le législateur, il n'existe pas de définition juridique des « grandes écoles ».

La seule référence qui leur est faite l'est au travers des classes préparatoires : ainsi, l'article L. 612-3 du code de l'éducation8(*), citant les différentes filières ou établissements du premier cycle de l'enseignement supérieur dans lesquels une sélection peut être opérée, précise-t-il que « la préparation aux écoles est assurée dans les classes préparatoires des lycées et dans les établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel dans des conditions définies par décret. »

Publiques ou privées, elles relèvent de différents ministères de tutelle et leurs statuts juridiques peuvent être très divers :

- établissements publics à caractère scientifique, culturel ou professionnel (EPSCP), comme les grands établissements (Ecole Centrale de Paris, Ecole des Ponts et Chaussées, Ecole normale supérieure, Ecole nationale supérieure d'arts et métiers -ENSAM-, etc.) ;

- instituts extérieurs aux universités (Instituts nationaux des sciences appliquées -INSA-, instituts de technologie...) ;

- établissements publics administratifs (Ecole des Mines de Paris, Ecole nationale d'administration...) ;

- instituts nationaux polytechniques, assimilés aux universités ou écoles internes aux universités ;

- associations ou services des chambres de commerce et d'industrie, comme les écoles de commerce et de gestion ;

- régies de la ville de Paris (Ecole supérieure de physique et chimie industrielles), etc.

Il existe, en 2005-2006, 223 écoles d'ingénieurs (dont 68 écoles internes ou rattachées aux universités) ainsi que 220 écoles de commerce et de gestion.


· Les écoles d'ingénieurs

La catégorie des écoles d'ingénieurs est constituée de l'ensemble des établissements, publics et privés, quel que soit leur ministère de rattachement, habilités à délivrer un diplôme d'ingénieur reconnu par la Commission des titres d'ingénieurs.

En 2005-2006, 223 écoles d'ingénieurs - dont 62 écoles privées - accueillent près de 101 500 élèves, répartis comme indiqué dans le tableau suivant. Leurs effectifs ont quasiment triplé en 25 ans et ont augmenté de 70 % depuis 15 ans.

RÉPARTITION DES EFFECTIFS* DES ÉCOLES D'INGÉNIEURS EN 2005-2006
(FRANCE MÉTROPOLITAINE + DOM)

Ecoles

Nombre d'écoles

Effectifs 2005-2006

Répartition (en %)

Taux de féminisation


· Ecoles publiques sous tutelle de l'éducation nationale

Ecoles internes ou rattachées aux universités

68

23 419

23,1

27,1

Ecoles externes aux universités

47

36 084

35,6

24,1

Instituts nationaux

23

9 195

9,1

28,6

Universités de technologie

3

4 790

4,7

21,3

Instituts nationaux des sciences appliquées (INSA)

5

9 971

9,8

29,0

Ecole nationale des arts et métiers (ENSAM) et assimilés

3

4 419

4,4

13,2

Ecoles centrales

4

4 685

4,6

21,2

Autres écoles

9

3 204

3,0

19,7

Ensemble

115

59 503

58,7

25,2


· Ecoles publiques sous tutelle d'un autre ministère ou d'une autre collectivité

Agriculture et pêche

15

4 386

4,3

59,3

Défense

11

4 009

4,0

16,7

Industrie

8

3 818

3,8

26,1

Télécommunications

3

2 076

2,0

20,9

Equipement/transport/logement

5

1 537

1,5

26,7

Santé

1

27

0,0

74,1

Economie et finances

1

294

0,3

45,9

Ville de Paris

2

460

0,5

40,4

Ensemble

46

16 607

16,4

32,8


· Ecoles privées

62

25 268

24,9

21,6

Ensemble des écoles d'ingénieurs

223

101 378

100

25,6

* Hors formation continue et formations d'ingénieurs en partenariat.

Source : Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, Edition 2006, Ministère de l'éducation nationale.

ÉVOLUTION DES EFFECTIFS DES FILIÈRES D'INGÉNIEURS
EN FORMATION INITIALE (FRANCE MÉTROPOLITAINE + DOM)

Types d'écoles

1980-1981

1990-1991

2003-2004

2005-2006

Ecoles publiques sous tutelle de l'éducation nationale

20 650

34 475

57 304

59 503

- internes ou rattachées aux universités

-

12 234

21 996

23 419

- externes aux universités

-

22 241

35 308

36 084

Ecoles publiques sous tutelle d'un autre ministère ou d'une collectivité locale

8 127

10 865

16 156

16 607

Agriculture, pêche

2 506

3 078

4 296

4 386

Défense

2 347

3 238

3 930

4 009

Industrie

1 083

1 571

3 526

3 818

Télécommunications

666

1 302

1 953

2 076

Equipement/transport/logement

1 246

1 338

1 779

1 537

Santé

25

18

29

27

Economie et Finances

-

-

228

294

Ville de Paris

245

320

415

460

Ecoles privées

8 490

14 002

24 534

25 268

Ensemble

37 267

59 342

97 994

101 378

Source : Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, Edition 2006, Ministère de l'éducation nationale.


· Les écoles de commerce

Les écoles de commerce et de gestion sont des établissements privés ou consulaires. Elles sont classées en trois groupes :

- les écoles du groupe I (83 établissements en 2005) sont reconnues par l'Etat et au moins l'un de leurs diplômes est visé par le ministère de l'éducation nationale ;

- les écoles du groupe II (38 établissements) sont également reconnues par l'Etat, mais leur diplôme n'est pas visé par le ministère de l'éducation nationale ;

- les écoles du groupe III (99 établissements) ne sont pas reconnues par l'Etat et leur diplôme n'est pas reconnu par le ministère.

A la rentrée 2005, 220 écoles de commerce accueillent au total près de 85 090 élèves. Ces effectifs ont augmenté de 54 % en 15 ans (46 128 étudiants en 1990-1991, dans 193 écoles).

Si ces écoles ont pour particularité commune de préparer aux métiers du commerce, de la gestion et de la vente, il existe néanmoins une grande hétérogénéité, en ce qui concerne les formations qu'elles dispensent, les diplômes auxquelles elles préparent et les publics qu'elles accueillent.

* 7 Ainsi, la direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) du ministère de l'éducation nationale, n'a pas, dans ses statistiques, de catégorie « grande école ».

* 8 Article issu de l'article 14 de la loi n° 84-52 du 26 janvier 1984 relative à l'enseignement supérieur.