Allez au contenu, Allez à la navigation



Diversité sociale dans les classes préparatoires aux grandes écoles : mettre fin à une forme de « délit d'initié »

 

3. Multiplier les internats

On l'a vu, la question de l'hébergement est fondamentale pour les étudiants désireux de suivre la filière exigeante des CPGE, dont le rythme de travail est peu compatible avec de longs temps de transport.

A cet égard, l'internat constitue la meilleure solution pour les jeunes ne pouvant continuer à vivre dans leur famille. Ceci est tout particulièrement vrai pour les jeunes filles dont les parents n'accepteraient qu'elles quittent le domicile familial qu'à cette condition.

a) Une offre de places en internat notoirement insuffisante

Or, le nombre de places en internat dans les lycées disposant de CPGE est tout à fait insuffisant.

L'offre existante

68 % d'entre eux proposent une solution d'internat (70,6 % des établissements publics et 57,3 % des lycées privés sous contrat).

En 2006, 39 820 candidats à une CPGE ont demandé une place en internat. Le nombre de places offertes étant de 13 560 places pour les étudiants de première année, seuls 34 % des candidats à une classe préparatoire avec internat ont donc pu voir leur voeu exaucé.

L'évaluation des besoins

Dans la mesure où, au total, 75 000 étudiants poursuivent une formation en classe préparatoire, le besoin en places d'internat peut être évalué à 30 % - correspondant à l'objectif, fixé par le précédent chef de l'Etat, d'un taux de 30 % d'élèves boursiers -, ce qui porte le nombre de places nécessaires au minimum à 22 500.

Comme il en existe 13 560, il manque au moins 9 000 places en internat pour accueillir l'ensemble des étudiants boursiers en classe préparatoire.

b) Créer des internats dans tous les lycées disposant de CPGE

Il est vrai que d'autres solutions sont de plus en plus souvent proposées aux étudiants boursiers, en coopération avec les centres régionaux des oeuvres universitaires et scolaires (CROUS), par le biais d'un accès prioritaire dans des résidences universitaires.

En effet, quand ils ne peuvent bénéficier d'une place en internat, les étudiants en classe prépa peuvent, par l'intermédiaire du dossier social étudiant, faire une demande de logement dans l'une des résidences universitaires gérées par les CROUS. Ainsi, au titre de l'année 2006-2007, 7 520 étudiants postulant à une première année de classe préparatoire, soit environ 20 % des effectifs concernés, et 4 343 élèves de deuxième année, ont fait une telle demande.

Il n'empêche que la solution de l'internat apparaît plus adaptée, pour des raisons à la fois de proximité géographique et d'environnement (accès à la bibliothèque, socialisation avec les autres élèves et travail en équipe, soutien psychologique et matériel...).

C'est pourquoi votre mission estime nécessaire que tous les lycées ayant des classes préparatoires aux grandes écoles disposent d'une offre d'internat. En outre, il serait utile que ces internats restent ouverts pendant les fins de semaine et les petites vacances.

En attendant cette généralisation, pourrait être envisagée une mutualisation des équipements avec des lycées voisins ainsi qu'une généralisation des partenariats avec les CROUS ; ceci étant, compte tenu de la pénurie générale d'internats et de logements pour les étudiants dans notre pays, cette voie restera sans doute limitée.