Allez au contenu, Allez à la navigation



Revenons à nos moutons : un impératif pour nos territoires et notre pays

 

III. DES ATOUTS POURTANT INDÉNIABLES

1. Une diversité de nature d'élevage, source de richesse

La diversité des modes d'élevage ovin rend parfaitement compte de la diversité générale de la filière, dont les spécificités régionales participent incontestablement à la richesse. On dénombre ainsi 54 races d'ovins et pas moins de 110 types génétiques différents.

Dans la production d'agneaux de plein air, que l'on trouve dans les massifs montagneux français, les animaux sont laissés en liberté ou en semi liberté dans leur environnement naturel la plus grande partie de l'année. Paissant sur les estives ou les alpages les plus hauts durant l'été, ils redescendent à des altitudes intermédiaires pour l'automne, puis y remontent dès le printemps, après avoir passé l'hiver dans les bergeries, où ils sont nourris généralement avec les foins récoltés durant l'été précédent.

Dans la production d'agneaux de bergerie, on distingue deux types de systèmes fourragers.

Présent essentiellement dans les grands bassins céréaliers, dans des exploitations de grande culture céréalière et industrielle, le système hors-sol a pris une place importante ces dernières années. Les animaux sont parqués dans des bâtiments, pour une période variant de 150 à 365 jours par an. Leur alimentation -hors cas de pâture- est assurée par la valorisation de sous et coproduits, généralement produits sur l'exploitation. Elle consiste en paille de céréales, complétée au cas par cas par des pulpes de betterave, de la luzerne, des céréales, des protéagineux, etc.

Le système d'élevage hors-sol, s'il a l'avantage d'être ancré sur un lieu déterminé, nécessite en revanche une main-d'oeuvre présente toute l'année. Il rend également nécessaire, à certaines périodes de temps plein, la disposition de bâtiments fonctionnels et adaptés à une présence continuelle d'animaux, des instruments de mécanisation de la distribution des aliments et du paillage, ainsi que des volumes de conservation et de stockage pour ces derniers.

Les systèmes avec pâture sont présents dans les exploitations à dominante céréalière où il existe une surface en herbe obligatoire et dans les systèmes de polyculture élevage.

Les prairies permanentes assurent tout au long de l'année la base alimentaire du troupeau ovin sous diverses formes (pâturage, enrubanné, foin). Des compléments fourragers peuvent être mobilisés pour compenser un déficit en milieu naturel.