Allez au contenu, Allez à la navigation



Risques chimiques au quotidien : éthers de glycol et polluants de l'air intérieur. Quelle expertise pour notre santé ? Compte-rendu des auditions (tome 2)

 

INSTITUT NATIONAL DU CANCER - INCa

Site Internet : http ://www.e-cancer.fr

Dr. Philippe MOUROUGA, Directeur du département Prévention et dépistage, Médecin statisticien

(21 mars 2007)

D'emblée, le Dr. Philippe MOUROUGA a indiqué qu'il fallait traiter les questions des effets des polluants par hiérarchie des risques au sein de laquelle le tabac constitue le premier risque. Il a mis en évidence la causalité entre tabagisme passif et cancer ou entre tabagisme passif et risque cardiovasculaire, la fumée du tabac étant cancérogène. Le Dr Philippe MOUROUGA a rappelé qu'il avait été expert auprès du ministre Claude EVIN lors de l'élaboration de la loi relative à l'interdiction de fumer.

Il a ensuite indiqué qu'une seule étude épidémiologique ne suffit jamais à démontrer une causalité mais qu'il est nécessaire d'obtenir la concordance des faits entre plusieurs études épidémiologiques. Le Dr. Philippe MOUROUGA a observé que, si le tableau établi en 1997 sur le tabagisme passif était encore incertain, en revanche, en 2007, une image nette se dégageait, l'approche aboutissant à cela ayant été très méthodologique.

Il a attiré l'attention sur une étude relative au tabac et à la ventilation en précisant qu'il n'existait pas de technique autre que la ventilation qui garantisse une absence de risque certaine ; sinon il ne peut y avoir que diminution du risque. C'est pourquoi il est indispensable de prévoir des normes drastiques pour les fumoirs qui doivent être des endroits fermés, comme l'a bien montré une étude des ingénieurs américains spécialistes de la ventilation41(*).

Le Dr. Philippe MOUROUGA a ensuite énuméré les toxiques dans la fumée de tabac secondaire. Il a relevé que ses risques étaient encore augmentés de 24 % si le tabagisme était accompagné d'émission de radon.

Le Dr. Philippe MOUROUGA a renvoyé à un aide-mémoire de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) montrant que les pays en voie de développement comptent 15.000 cancers du poumon liés au charbon dans la maison, sans compter les pneumonies et les bronchites, problèmes qui proviennent de l'utilisation d'un combustible solide.

En Europe, un recensement de substances chimiques a été opéré et le formaldéhyde va être reconnu comme cancérogène.

En France, ont été examinés les risques professionnels des substances chimiques. A cet égard la conclusion de l'expertise publique de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) sur les éthers de glycol conclut qu'il n'y a pas à ce jour de résultats convaincants et que, selon les éthers considérés, cela dépend des avancées de la recherche, d'autant qu'il existe déjà des contradictions entre les conclusions résultant d'expériences menées sur le rat et celles menées sur la souris ; aucune étude n'ayant été menée sur les populations. Quant aux lymphomes, il n'y a pas eu de preuve de cancérogénicité des éthers de glycol apportée même en termes de risque professionnel. En revanche, d'autres risques que les cancers ont bien été établis pour les éthers de glycol mais l'INCa ne traite que du cancer.

Le Dr. Philippe MOUROUGA a ensuite précisé que les observations du cancer chez les animaux n'étaient pas transposables à l'homme. C'est pourquoi, en 1997, des résultats contradictoires avaient été obtenus à propos du tabagisme passif. En réalité, pour les liens entre éthers de glycol et cancers, la recherche n'en est même pas au stade où elle en était en 1997 pour le tabac, dont certaines composantes cancérogènes étaient déjà connues alors.

Interrogé sur les alarmes lancées par le Pr. Dominique BELPOMME concernant l'augmentation du nombre des cancers, le Dr. Philippe MOUROUGA a rappelé l'existence du rapport INSERM publié par l'Institut de veille sanitaire (InVS) et a précisé que le développement du dépistage avait montré une incidence accrue des cancers du sein et de la prostate mais que, parallèlement à l'allongement de la durée de la vie, les décès à un âge plus jeune pour d'autres causes diminuaient. Cependant, il demeure difficile de chiffrer ces deux facteurs.

Le Dr. Philippe MOUROUGA a rappelé que le Pr. Dominique BELPOMME soutient qu'il existe des génotoxiques affaiblissant la cellule mais les cancers ORL sont en fait causés par les interactions alcool-tabac, les muqueuses fragilisées potentialisant les effets de ces produits, il ne s'agit donc pas de cancers génotoxiques mais de cancers comportementaux. Autre exemple, dans le cas des mélanomes et des rayons ultraviolets, ce sont les ultraviolets qui sont en cause et non la cellule.

Ces deux exemples ont conduit le Dr. Philippe MOUROUGA à estimer que la théorie du Pr. Dominique BELPOMME manquait de rigueur et que les causes environnementales des cancers en France ne peuvent être évoquées tout en faisant abstraction du soleil et du tabac. Enfin, à propos des pesticides, le Dr. Philippe MOUROUGA a estimé qu'il s'agissait d'un risque professionnel et que la cohorte très spéciale concernée demandait à être étudiée selon une démarche rigoureuse.

Interrogé sur le manque d'épidémiologistes en France, le Dr. Philippe MOUROUGA a précisé qu'il avait suivi une formation à cette discipline en France, complétée par une autre au Royaume-Uni, puis qu'il avait obtenu un diplôme d'études approfondies de mathématiques et une qualification en méthodologie statistique, ce qui constituait un bagage que peu de médecins possèdent même s'il est ni bon ni mauvais d'être médecin pour devenir épidémiologiste. Il a estimé qu'il ne fallait pas a priori parler de manque d'épidémiologistes mais plutôt se pencher sur le problème de la standardisation des données de routine en France, car même si ces données existent, il n'existe pas d'équivalent de l'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) pour la médecine standardisant les données. En pratique, il existe donc beaucoup de données diverses, difficiles à comparer, avec une absence de chaînage entre les jeux de données du fait du problème de l'identifiant santé.

Le Dr. Philippe MOUROUGA a espéré que le dossier médical personnel (DMP) allait être le plus complet possible et qu'il faudrait l'harmoniser pour l'utiliser. Cela nécessitera d'établir une technique et un temps zéro. L'ensemble de ces précisions étant apporté pour souligner qu'il n'est pas nécessaire d'avoir des épidémiologistes s'il n'y a pas de données à exploiter.

Le Dr. Philippe MOUROUGA a déploré une certaine faiblesse universitaire française par rapport à la London School of Hygiene and Tropical Medicine.

Il a enfin précisé que, tandis que le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) se consacrait à la recherche épidémiologique, l'INCa avait son propre domaine d'étude et de recherche, ce qui ne posait aucun problème de cohabitation, les deux institutions développant d'excellentes relations et menant des études en commun sur le tabac.

Documents de référence :

« Synthèse Ethers de glycol, quels risques pour la santé ? », extraits de l'expertise collective de l'INSERM 1999

« Avis de la Commission de la sécurité des consommateurs relatif aux éthers de glycol, NOR : ECOC0100035V », Bulletin officiel de la Concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, n°1, document Internet, janvier 2001

« Régime général, tableau 84, affections engendrées par les solvants organiques liquides à usage professionnel », Assurance maladie, février 2003

« Critical Appraisal of the Setting and Implementation of Indoor Exposure Limits in the EU, The INDEX project  - Evaluation critique de la mise en oeuvre de valeurs limites d'exposition à l'intérieur dans l'Union européenne, le projet INDEX », rapport de l'Institut pour la santé et la protection du consommateur, Physical and Chemical Exposure Unit - Service des expositions physique et chimique, Italie, Commission européenne, janvier 2005

- « La pollution de l'air à l'intérieur des habitations et la santé », Aide-mémoire n° 292, OMS, juin 2005

« Premières synthèses informations : les expositions aux produits mutagènes et reprotoxiques », DARES n° 32.1, ministère de l'Emploi, de la cohésion sociale et du logement, août 2005

« Ethers de glycol », Dossier INRS, document Internet, janvier 2006

« Les dossiers de sécurité sanitaire et de santé publique : les éthers de glycol », document Internet de la direction générale de la Santé, ministère de la Santé, août 2006

« Synthèse Ethers de glycol, nouvelles données toxicologiques », extraits de l'expertise collective de l'INSERM 2006

« Agents reviewed by the IARC monographs (volumes 1-95 by cas numbers) », janvier 2007

« Cancérogènes, mutagènes, toxiques pour la reproduction, classifications de l'Union européenne et du CIRC », fiche du Dr. CROUZET

« Les activités scientifiques de l'AFSSET : les agents, CMR, substitution des cancérogènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction », document Internet

II - TABAGISME PASSIF

- « Position de la société américaine des ingénieurs en chauffage, réfrigération et climatisation sur les aspects technologiques de la fumée du tabac (Environmental tobacco smoke) », juin 2005

- Dossier technique « Tabagisme passif et protection contre l'exposition à la fumée du tabac », INCa, Sylviane RATTE, novembre 2005

- « Convention-cadre de l'OMS pour la lutte anti-tabac », Organisation mondiale de la Santé, 2005

- « Lifting the smokescreen : tobacco industry strategy to defeat smoke free policies and legislation - Lever le rideau de fumée, stratégie de l'industrie du tabac pour combattre les politiques et les législations anti-tabac », European Respiratory Society - Société européenne de l'appareil respiratoire, et INCa, février 2006

- « Lifting the smokescreen : 10 reasons for a smoke free Europe - Lever le rideau de fumée, 10 raisons pour une Europe sans fumée », Smoke Free Partnership - Association contre la fumée, février 2006

« Le tabac dans les lieux affectés à un usage collectif : priorité à la santé pour tous », rapport n° 3353 de la mission d'information de l'Assemblée nationale, MM. Claude EVIN et Pierre MORANGE, octobre 2006

« Development of WHO guidelines for Indoor Air Quality  - Mise au point de directives pour la qualité de l'air intérieur», report on a Working Group Meeting - rapport d'un groupe de travail, Bonn, Allemagne, OMS, bureau européen, octobre 2006

- « Chapitre 10 : contrôle de l`exposition au tabagisme passif » extrait de « Conséquences sur la santé de l'exposition involontaire à la fumée de tabac », Surgeon general report - Chirurgie, rapport général, 2006

« Mission d'information parlementaire : interdiction de fumer dans les lieux public ; tables rondes 1, 2, 3», contributions INCa, Dr. Philippe MOUROUGA, juin 2006

« Etude sur le niveau de pollution par la fumée du tabac sur différents lieux de travail y compris ceux accueillant du public », INCa

« Ensemble contre les cancers : poursuivre la lutte contre le tabac », INCa, document Internet 2005 http://www.e-cancer.fr

« La fumée de tabac secondaire. Effets sur la santé et politiques de contrôle de l'usage du tabac dans les lieux publics », extrait, Institut national de santé publique du Québec

* 41 « Position de la société américaine des ingénieurs en chauffage, réfrigération et climatisation sur les aspects technologiques de la fumée du tabac (Environmental tobacco smoke) », juin 2005.