Allez au contenu, Allez à la navigation



A quoi sert le baccalauréat ?

 

II. LA DIVERSITÉ DES FILIÈRES OFFERTES AU BACCALAURÉAT INDUIT UNE FORTE HIÉRARCHISATION

A. LA COMPOSITION SOCIALE DES FILIÈRES EST LE REFLET DE LA HIÉRACHISATION TACITE DES VOIES D'ENSEIGNEMENT

1. Les différents milieux sociaux sont très inégalement représentés dans les trois grandes voies d'enseignement

Chacun s'accorde à reconnaître que l'égale dignité des filières n'est pas encore pleinement reçue dans les esprits. Il en découle une hiérarchisation tacite qui devient pleinement visible lorsque l'on examine les origines sociales des élèves obtenant chaque type de baccalauréat.

Les enfants issus des milieux les plus favorisés sont ainsi très largement surreprésentés parmi les bacheliers généraux, alors qu'ils ne sont que peu nombreux à obtenir un baccalauréat professionnel. A l'inverse, les élèves dont l'origine sociale est plus modeste composent une part substantielle des effectifs du baccalauréat professionnel, alors qu'ils ne représentent qu'une faible partie des bacheliers généraux.

Source : Ministère de l'éducation nationale

Se dessine ainsi très clairement la hiérarchie tacite qui rend l'obtention du baccalauréat général plus désirable que celle du baccalauréat technologique, cette dernière étant elle-même considérée comme plus prestigieuse que l'accès au baccalauréat professionnel.

Aux yeux de votre groupe de travail, il y a dans cette hiérarchisation une source majeure de dysfonctionnement du système éducatif, auquel il faudrait remédier avec une grande vigueur.

2. Une hiérarchisation des filières qui se lit jusque dans les origines des élèves des différentes séries générales

La hiérarchisation tacite des différentes filières joue également au sein des différentes séries générales. Elle se traduit par la prééminence de la série S, réputée meilleure et offrant l'avantage de ne fermer aucune possibilité à ceux qui la suivent. A l'inverse, le déclin de la série littéraire est particulièrement net, la filière ES ayant trouvé quant à elle son propre positionnement intermédiaire.

L'origine sociale des bacheliers des différentes séries générales traduit cette hiérarchisation implicite, mais connue et acceptée de tous. Celle-ci est d'autant plus frappante que les enfants des milieux favorisés ou très favorisés sont déjà largement surreprésentés parmi les élèves des séries générales. Malgré cela, la proportion d'enfants issus de ces dernières catégories varie encore assez nettement selon les différentes séries générales.

ORIGINE SOCIALE DES BACHELIERS GÉNÉRAUX

Source : Ministère de l'éducation nationale