Allez au contenu, Allez à la navigation



Les nouveaux médias : des jeunes libérés ou abandonnés ?

 

2. L'éducation des médias : itinéraire d'une matière déshéritée

La prise de conscience de l'importance de l'éducation aux médias est aussi ancienne que celle de l'échec du système scolaire à réellement les intégrer dans le cursus éducatif.

Historiquement, l'éducation aux médias a été construite autour de l'initiation à la culture audiovisuelle et l'introduction à l'école de la presse d'information comme support pédagogique. L'acte fondateur en a été la circulaire diffusée par M. René Haby en 1976, qui avait été interpellé par les acteurs de la presse quotidienne régionale. Le texte recommande l'utilisation d'articles comme supports documentaires dans les programmes. Il encourage également les partenariats avec les professionnels de la presse afin que les élèves puissent « s'ouvrir au monde moderne » et vise enfin à préparer les élèves à l'exercice de leur citoyenneté.

Auparavant, il est intéressant de le noter, la presse était exclue des enceintes scolaires, car il était estimé que son influence pouvait être pernicieuse !

Après avoir commandé en septembre 1981 un rapport sur « l'introduction des moyens d'information dans l'enseignement »98(*), le ministre Alain Savary décide, en 1982, de créer le Centre de liaison de l'enseignement et des médias de l'information (CLEMI). Placé sous la tutelle du ministère de l'éducation nationale et rattaché au Centre national de documentation pédagogique (CNDP), il a pour mission de « promouvoir, tant au plan national que dans les académies, notamment par des actions de formation, l'utilisation pluraliste des moyens d'information dans l'enseignement, afin de favoriser une meilleure compréhension par les élèves du monde qui les entoure tout en développant leur sens critique ».

Si les actes ont suivi la parole du ministre, avec la création du CLEMI et l'institutionnalisation de la Semaine de la presse99(*), force a été de constater que les initiatives pour faire réfléchir les élèves sur les processus en oeuvre dans le langage médiatique (presse et audiovisuel) ont longtemps relevé de démarches ponctuelles et personnelles de quelques enseignants.

Le rapport de 1997 du sénateur en mission Alain Gérard, Multimédia et réseaux pour l'éducation, présenté au Premier ministre, relevant certaines défaillances de l'éducation aux médias, estimait ainsi important « que l'école donne à l'élève les compétences et les savoirs qui lui permettent de rechercher les informations dont il a besoin, de vérifier les sources, (...), de les sélectionner et de les exploiter » et suggérait l'élaboration rapide d'un référentiel de compétences en information-documentation.

En septembre 2000, après avoir constaté « l'importance capitale de la documentation, des centres de documentation et d'information (CDI) et de leur utilisation rationnelle par les élèves et par les professeurs », le rapport sur la réforme du lycée100(*) signale aussi que « l'utilisation du CDI reste encore plus occasionnelle que véritablement programmée ». Une meilleure inscription des projets propres au CDI dans le projet d'établissement est proposée comme remède à ces difficultés.

En juin 2002, le rapport sur les travaux personnels encadrés101(*) (TPE) met en exergue les difficultés des CDI. Il indique que les CDI sont « revitalisés par les TPE, mais souvent débordés » et relève les problèmes matériels engendrés par une démarche pédagogique plus active tels que « l'absence de salles annexes, le manque de matériel informatique en quantité, l'insuffisance des connexions à Internet, la faiblesse de certains fonds documentaires. »

En 2002 également, le Centre interassociatif enfance et médias (CIEOR) proposait quant à lui de « donner des bases solides et durables pour une éducation aux médias large et systématique destinée aux enfants dès leur plus jeune âge par l'école et les familles ».

Dans une étude récente, MM. Yannick Bernard et Bernard Usé font quant à eux le constat que, s'agissant de la pratique numérique, « la supervision des adultes, au collège, mais surtout en dehors, fait souvent défaut »102(*).

Enfin, un rapport de l'Inspection générale de juillet 2007 brosse un tableau assez alarmant de la situation de l'éducation aux médias : « malgré l'existence de pratiques et d'initiatives multiples depuis une trentaine d'années, impulsées la plupart du temps par le CLEMI, sous la houlette du ministère, « l'éducation aux médias » est demeurée l'affaire de militants, parfais contestée dans le cadre scolaire, et paraît peu présente en tant que telle dans les politiques éducatives ». Le rapport recommande la rédaction d'une nouvelle circulaire de définition du métier de documentaliste.

* 98 MM. Jacques Gonnet et Pierre Vandevoorde, « L'introduction des moyens d'information dans l'enseignement, rapport remis au ministre de l'éducation nationale », 1982.

* 99 Chaque année depuis 1989, au printemps, les enseignants de tous niveaux et de toutes disciplines sont invités à participer à la semaine de la Presse dans l'École. Activité d'éducation civique, elle a pour but d'aider les élèves, de la maternelle aux classes préparatoires, à comprendre le système des médias, à former leur jugement critique, à développer leur goût pour l'actualité et à forger leur identité de citoyen. En 2009, la semaine de la presse aura lieu du 23 au 28 mars.

* 100 Rapport de l'Inspection générale de l'éducation nationale, La réforme du lycée général et technologique, 2000.

* 101 Geneviève Becquelin, rapport de l'Inspection générale de l'éducation nationale, 2002.

* 102 Yannick Bernard et Bernard Usé, Internet au collège : une éducation nécessaire, mémoire de DESS ingénierie des médias pour l'éducation, université de Poitiers, décembre 2003.