Allez au contenu, Allez à la navigation



Les opérations extérieures sous le contrôle du Parlement

 

II. LES ENGAGEMENTS EXTÉRIEURS DE LA FRANCE

1. Les objectifs et contrats opérationnels fixés par le livre blanc et la loi de programmation militaire

Pour la fonction intervention, les armées doivent contribuer à la sécurité internationale en participant à des opérations de stabilisation et de maintien de la paix et d'être en mesure de faire face à un conflit majeur à l'extérieur du territoire dans un cadre multinational. Les armées doivent ainsi être capables de projeter (jusqu'à 7 000 à 8 000 km) :

- en six mois, une force terrestre pouvant aller jusqu'à 30 000 hommes pour une durée d'un an, suivie d'une action de stabilisation ;

- une force aérienne de combat de 70 avions ;

- une force navale ou aéronavale de combat de 2 à 3 groupes d'intervention.

Les armées doivent en outre tenir prête en permanence et sous bref préavis une capacité de réaction pouvant être engagée dans un cadre national ou multinational et constituée d'unités d'intervention terrestre (5 000 hommes), aérienne et maritime et des forces de présence et de souveraineté.

Ces interventions de maintien de la paix s'inscrivent dans un cadre multilatéral avec en particulier l'ONU, l'Union européenne et l'OTAN. Pour ce qui concerne l'Union européenne, la loi de programmation militaire souligne qu'elle doit devenir un acteur majeur de la gestion des crises et de la sécurité internationale. Elle s'est en ce sens fixé des objectifs concrets pour les prochaines années :

- Une capacité d'intervention globale de 60 000 hommes, déployables pendant un an sur un théâtre éloigné, avec les composantes aériennes et maritimes nécessaires, doit être ainsi effectivement développée.

- L'Union européenne devra être en mesure de conduire simultanément deux à trois opérations de maintien ou de rétablissement de la paix, et plusieurs opérations civiles moins importantes, sur des théâtres différents.

- Elle devra rechercher la mutualisation de certains moyens européens. Les capacités européennes de planification et de conduite d'opérations, militaires et civiles, monteront en puissance.

Une vision globale de la projection de nos forces doit également tenir compte des forces prépositionnées articulées à terme en deux points d'appui sur les façades occidentale et orientale de l'Afrique et pouvant intervenir dans la bande sahélienne, d'une présence renforcée (avec au moins une base) dans le Golfe Arabo-persique ainsi que d'une capacité de projection régionale dans certains DOM-TOM (Antilles-Guyane, la Réunion, Nouvelle Calédonie).