Allez au contenu, Allez à la navigation



L'AFD, fer de lance de la coopération française : l'Agence française de développement, un établissement à la croisée des chemins

6 mai 2011 : L'AFD, fer de lance de la coopération française : l'Agence française de développement, un établissement à la croisée des chemins ( rapport d'information )

C. L'AFD DISPOSE D'UNE LARGE PALETTE D'INSTRUMENTS D'INTERVENTION AU BÉNÉFICE DU DÉVELOPPEMENT

L'AFD s'est attachée à diversifier sa palette d'outils pour s'adapter aux besoins de ses partenaires ainsi qu'à la rareté de la ressource budgétaire. Les prêts aux Etats sont généralement à long terme et leur taux est bonifié quand l'objet du financement le requiert. Ce type de prêt se justifie dans les secteurs dont la rentabilité financière n'est pas garantie dans l'immédiat, comme les secteurs sociaux.

Les subventions sont réservées aux projets à fort impact social ou aux pays les plus pauvres. Elles peuvent être utilisées en accompagnement d'un prêt, de même que l'assistance technique, afin de contribuer au renforcement des capacités des emprunteurs.

L'AFD a aussi développé une large activité de prêts non souverains destinés directement à des entités qui utilisent des fonds empruntés, sans endetter l'Etat hôte, ni solliciter sa garantie. L'octroi de prêts non souverains représente désormais plus de la moitié des engagements du groupe (58 %).

Par ailleurs, l'activité non concessionnelle du groupe AFD a doublé entre 2008 et 2009 : la part des engagements non concessionnels représente 41 % de l'ensemble des engagements du groupe en 2009. Grâce au faible coût de la ressource levée sur les marchés par l'AFD, ces prêts non concessionnels peuvent demeurer très avantageux pour les emprunteurs sans mobiliser des fonds publics.

L'Agence propose également des lignes de crédit environnementales qui incitent les banques locales à accorder des financements aux projets ayant un impact positif sur l'environnement. Pour faciliter l'accès des PME au crédit, ces banques peuvent aussi bénéficier de l'activité du fonds de garantie ARIZ de l'AFD.

Dans une logique d'intermédiation et d'entraînement, notamment des PME, Proparco prend aussi des participations dans des fonds d'investissement. Enfin, afin d'accompagner les institutions financières et les grandes entreprises régionales, Proparco investit en fonds propres et quasi-fonds propres, notamment en Afrique subsaharienne par le biais du fonds « FISEA ».

Le positionnement de l'AFD en tant que groupe lui permet d'offrir une palette très large d'instruments allant de la garantie aux subventions en passant par différents types de prêts concessionnels. Cette diversité rapproche l'AFD du modèle d'intervention de la Banque mondiale ou des banques régionales.

La possibilité d'intervenir avec une large palette d'instruments est d'autant plus appréciable que, aussi paradoxal que cela puisse paraître, l'AFD intervient sur « un marché » où les pays partenaires d'Afrique ou les pays émergents mettent en concurrence les bailleurs des fonds.

Force est de constater que la diversification des instruments d'intervention de l'AFD lui a donné un avantage comparatif qu'il convient de maintenir. Paradoxalement, c'est la rareté des ressources en subvention qui a poussé l'AFD à innover fortement en matière d'instruments financiers et à développer un avantage comparatif dans ce domaine. Cette rareté est aujourd'hui une contrainte à un développement équilibré de ses missions entre financement du développement et solidarité avec les pays les plus pauvres et à sa reconnaissance par les familles d'opérateurs internationaux relevant de ces deux missions.