Allez au contenu, Allez à la navigation



La défense antimissile balistique : bouclier militaire ou défi stratégique ?

6 juillet 2011 : La défense antimissile balistique : bouclier militaire ou défi stratégique ? ( rapport d'information )
b) Un objectif capacitaire ambitieux

Selon la déclaration de Lisbonne, « le but d'une capacité de défense antimissile de l'OTAN est d'assurer la couverture totale et la protection de l'ensemble des populations, du territoire et des forces des pays européens de l'OTAN contre la menace croissante que représente la prolifération des missiles balistiques ».

La formulation, qui mentionne une couverture totale et une protection de l'ensemble des populations, du territoire et des forces, est sensiblement plus ambitieuse, en termes de performances assignées, que celle retenue par les Etats-Unis pour eux-mêmes dans leur Ballistic Missile Defense Review, lorsqu'ils évoquent leur volonté de défendre leur territoire national contre la menace d'une attaque balistique limitée.

La déclaration de Lisbonne énonce également plusieurs séries de critères sur la base desquels ce but doit être poursuivi.

Ce sont d'abord les principes de l'indivisibilité de la sécurité des Alliés et de la solidarité au sein de l'OTAN, ainsi que le partage équitable des risques et des charges.

C'est aussi le critère de la « demande raisonnable », compte tenu du niveau de la menace, avec une référence à des évaluations communes actualisées et agréées, de la soutenabilité financière et de la faisabilité technique.

La succession de cette série de principes et de critères traduit des différences d'appréciation, voire des préoccupations contradictoires, entre alliés.

Celles-ci portent sur le degré d'imminence et de probabilité de la menace, sur le niveau d'ambition de la future capacité, en termes de couverture géographique et de performances, sur l'étendue des capacités à financer en commun, notamment pour répondre aux attentes des pays qui se sentent le plus menacés, ainsi que sur le rapport coût/efficacité des investissements envisagés.

Le sommet de Lisbonne n'a pas évoqué d'échéance pour la mise en place de cette capacité de défense antimissile territoriale. Comme dans les autres domaines capacitaires, la réalisation des objectifs repose les moyens nationaux qui seront disponibles, et sur lesquels l'OTAN s'efforce d'obtenir des engagements dans le cadre de son processus de planification de défense.

La contribution américaine annoncée permet toutefois de donner une certaine consistance concrète à l'objectif fixé.

Le seul engagement programmatique pris à Lisbonne concerne l'extension du programme ALTBMD, pour doter l'OTAN de capacités de commandement et de contrôle élargies à la défense antimissile du territoire.