Allez au contenu, Allez à la navigation

Réussir le cluster de Paris-Saclay

23 mai 2016 : Réussir le cluster de Paris-Saclay ( rapport d'information )

IV. LES TRANSPORTS, POINT FAIBLE NUMÉRO 1 DU CLUSTER PARIS-SACLAY

Pour pouvoir se développer et attirer chercheurs, enseignants, salariés et étudiants de très haut niveau, le plateau de Saclay, aujourd'hui très enclavé, doit pouvoir bénéficier d'un réseau de transports très performant, le reliant à Paris et aux autres grands pôles économiques de la région Île-de-France.

Dans la mesure où le plateau lui-même constitue un vaste territoire, il importe également de prévoir un maillage dense assurant des connections régulières entre ses différentes composantes.

Or, pour l'heure, le développement des transports sur le plateau de Saclay demeure notoirement insuffisant, au point de constituer son handicap numéro 1.

C'est la raison pour laquelle l'État a fait du développement de la ligne 18 du Grand Paris express un chantier prioritaire à l'horizon 2024, tandis que les collectivités territoriales du plateau se mobilisent pour mettre en place des transports collectifs en site propre.

A. LES LIGNES 14 ET 18 DU GRAND PARIS EXPRESS NE SONT PAS ATTENDUES, AU MIEUX, AVANT 2024

1. Désenclaver le plateau de Saclay pour le relier aux autres pôles de développement du Grand Paris

Désireux de renforcer le potentiel économique de la région parisienne dans le contexte de « métropolisation » des grandes villes mondiales induit par la mondialisation, les pouvoirs publics ont décidé, à partir de 2009, de mener une politique d'investissements publics massifs, en particulier dans les infrastructures de transports, pour favoriser l'émergence d'un « Grand Paris » (cf. supra).

Dans cette perspective, la loi n° 2010-597 du 3 juin 2010 relative au Grand Paris, dont l'article 1er dispose que « le Grand Paris est un projet urbain, social et économique basé sur la construction d'un nouveau réseau de transport public », a créé la Société du Grand Paris (SGP) dont « la mission principale est de concevoir et d'élaborer le schéma d'ensemble et les projets d'infrastructures composant le réseau de transport public du Grand Paris et d'en assurer la réalisation ».

Baptisé Grand Paris Express, le réseau de transport public porté par la SGP est constitué de 72 gares (que la SGP a pour mission de construire et d'aménager) et de 200 kilomètres de lignes nouvelles interconnectées au réseau existant (métro, RER et transilien).

Le Grand Paris express

Source : société du Grand Paris (SGP)

Afin de désenclaver le plateau de Saclay, les pouvoirs publics ont décidé de construire une ligne de métro automatique en rocade, la ligne 18, qui reliera l'aéroport d'Orly à la gare de Versailles-Chantiers en 30 minutes en traversant le plateau d'est en ouest au long d'un parcours de 35 kilomètres et de 10 gares.

Selon les informations communiquées à votre rapporteur spécial lors de son audition par M. Philippe Yvin, président de la société du Grand Paris, 15 000 personnes utiliseraient la ligne 18 à l'heure de pointe du matin à l'horizon 203037(*), ce qui représente une fréquentation quotidienne en semaine d'environ 100 000 voyages par jour.

La ligne 18 du Grand Paris express

Source : société du Grand Paris (SGP)

Cette ligne comprendra 3 gares de correspondance - Aéroport d'Orly, Massy-Palaiseau et Versailles-Chantiers - afin de permettre des correspondances rapides, à Orly, avec la ligne 14 prolongée, à Massy Palaiseau avec les RER B et C et à Versailles-Chantiers avec le RER C et les Transiliens.

Le campus scientifique et universitaire du plateau de Saclay sera desservi par les trois gares aériennes de Palaiseau, Orsay - Gif et Saclay - CEA. Sur cette portion, les trains du Grand Paris express circuleront sur un viaduc, une construction souterraine n'ayant pas été retenue compte tenu de la présence de nombreuses installations scientifiques très sensibles aux vibrations et de son surcoût évalué à 250 millions d'euros.

Le tracé de la ligne 18 du Grand Paris express
sur le campus urbain de Paris-Saclay

Source : société du Grand Paris (SGP)

Ainsi que l'a annoncé le Premier ministre, la portion la plus réclamée du réseau, celle qui reliera l'aéroport d'Orly au CEA devra être impérativement mise en service en 2024, la portion reliant le CEA à Versailles Chantiers entrant en service en 2030.

2. Le coût de la portion de la ligne 18 reliant l'aéroport d'Orly au site du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) représente un investissement de 1,665 milliard d'euros

Selon les informations communiquées à votre rapporteur spécial lors de son audition par M. Philippe Yvin, président de la société du Grand Paris, le coût de la ligne 18 du Grand Paris express reliant l'aéroport d'Orly à la gare de Versailles Chantiers est actuellement évalué à 2,7 milliards d'euros se décomposant en deux tronçons :

le coût du tronçon aéroport d'Orly - Commissariat à l'énergie atomique (CEA), indispensable pour relier le plateau de Saclay à Paris, s'élèverait à 1,665 milliard d'euros ;

le coût du tronçon reliant le CEA à Versailles serait de 1,065 milliard d'euros, dont 350 millions d'euros pour la portion CEA - Saint Quentin et 650 millions d'euros pour la portion Saint Quentin - Versailles.

Le coût du viaduc est estimé pour sa part à 500 millions d'euros, dont 350 millions d'euros pour l'infrastructure et 150 millions d'euros pour les systèmes.

Le coût des trois gares du plateau de Saclay (infrastructures et systèmes compris) serait de 33 millions d'euros pour la gare de Palaiseau, 30 millions d'euros pour la gare d'Orsay-Gif et 34 millions d'euros pour la gare de CEA-Saint-Aubin (dont 9 millions d'euros à titre conservatoire).

Par ailleurs, l'achat du matériel roulant utilisé sur la ligne devrait représenter un investissement de 228 millions d'euros, dont 50 millions d'euros de frais fixes (outillage, études, etc.).

À noter que si la SGP « achètera » le matériel roulant, c'est bien le Syndicat des transports d'Île-de-France (STIF) qui en sera propriétaire, puisqu'il devra ensuite les rembourser à la SGP.

À noter que si le Commissariat général à l'investissement, s'est montré défavorable à la section CEA-Versailles de la ligne 18, il s'est montré en revanche favorable à la section Orly-CEA, estimant que son « caractère d'aménagement [était] devenu essentiel au plateau de Saclay, zone à très fort potentiel économique ».38(*)

3. Les autres modes de transports prévus pour desservir le plateau demeurent modestes eu égard aux enjeux d'attractivité de Paris-Saclay

Outre la ligne 18 du Grand Paris express, le campus urbain est enfin desservi depuis le début de l'année 2016 par le très attendu bus Express 91-06, doté d'une voie réservée, qui permet le cabotage et la desserte de Massy au CEA pour rejoindre ensuite Saint-Quentin-en-Yvelines. L'entrée en service de ce mode de transport en commun en site propre constitue une véritable nouveauté pour les salariés, les étudiants et les enseignants du campus et une amélioration importante de leurs conditions de travail et de vie.

Pour mieux relier le plateau à la vallée, plusieurs projets sont à l'étude, en particulier celui d'un téléphérique, porté par le département de l'Essonne.

Sur le plateau lui-même, les responsables de l'aménagement du plateau souhaitent encourager les mobilités « douces », en particulier la marche à pied et la pratique du vélo, qui seront facilitées et rendues plus agréables au sein des nouveaux quartiers.


* 37 Date d'achèvement programmée de la ligne 18 sans son ensemble.

* 38 Avis 2015-n° 33 de contre-expertise de la ligne 18 du Grand Paris-Express rendu le 21 octobre 2015.