Allez au contenu, Allez à la navigation

Réussir le cluster de Paris-Saclay

23 mai 2016 : Réussir le cluster de Paris-Saclay ( rapport d'information )

C. FAVORISER LES ÉCHANGES ET LA CONVIVIALITÉ AU SEIN D'UN ENVIRONNEMENT AGRÉABLE

1. Le logement, étudiant et familial, un sujet important pour les utilisateurs du campus

A l'heure actuelle, si de nombreux étudiants résident sur le plateau de Saclay dans les campus de leurs écoles, les enseignants-chercheurs et les salariés préfèrent dans leur immense majorité résider ailleurs en région parisienne en raison de la pénurie de logements familiaux qui sévit sur le plateau.

Pour répondre à cette difficulté, l'établissement public est chargé de faire construire par des promoteurs plusieurs milliers de logements familiaux, dont certains obéissant à des critères sociaux, ainsi que plusieurs milliers de logements étudiants.

2. Une vie collective encore balbutiante

Pour faire vivre le cluster de Paris-Saclay, il ne suffit pas de juxtaposer établissements d'enseignement supérieur, organismes de recherche et entreprises : il faut créer des espaces de rencontres et d'échanges à même de contribuer à la création des synergies tant attendues.

Dans cette perspective, les acteurs du plateau doivent relever deux principaux défis, avec le soutien des pouvoirs publics : la construction de grands équipements mutualisés et, ce qui est plus difficile à décréter, la multiplication des commerces, des services, des restaurants, des bars, des associations...

a) La mutualisation de grands équipements au service du brassage des hommes et des idées

Un cluster reposant sur le principe des synergies et des échanges entre acteurs du monde académique et du monde économique, il est apparu crucial aux concepteurs du campus urbain de Paris-Saclay de multiplier les équipements mutualisés.

Le plus emblématique d'entre eux sera sans doute le Learning center, situé dans le quartier de Moulon, et qui sera un centre d'apprentissage adapté aux transformations de la production et de la diffusion des connaissances.

Ouvert au départ à l'ensemble des étudiants du campus, il rassemblera lieux de travail (bibliothèque, outils numériques, salles de travail en groupe, etc.) et lieux de vie (locaux associatifs, salles polyvalents, services, etc.), il pourrait ensuite s'ouvrir au grand public afin d'accroître son rayonnement.

Alors que le budget initialement prévu pour cet ambitieux équipement était de 60 millions d'euros, celui-ci a été ramené à 39 millions d'euros issus de la dotation consommable de un milliard d'euros du programme d'investissements d'avenir (PIA 1). Votre rapporteur spécial ne peut que saluer ce redimensionnement à la baisse qui paraissait inéluctable et qui témoigne du souci des acteurs d'éviter les investissements démesurés.

La logique de mutualisation s'appliquera également aux restaurants, qui devront tous être accessibles à moins de 300 mètres à pied de chaque établissement ou regroupement d'entreprises pour accueillir étudiants, chercheurs et enseignants-chercheurs, personnels des établissements, salariés des entreprises... Il s'agit là de rendre possible des échanges informels entre acteurs issus de tous les horizons et de toutes les disciplines, afin de créer un terreau favorable à l'innovation grâce à l'« effet cafétéria », qui, selon la légende, n'a pas peu contribué au succès de la Silicon Valley.

Enfin, de nombreux équipements sportifs seront mutualisés et ouverts à l'ensemble des acteurs du campus ainsi qu'aux habitants des communes alentour. Toutefois, le problème du caractère insuffisant des crédits prévus jusqu'à présent pour leur financement reste posé (voir supra).

b) Faire naître une vie collective et des activités culturelles sur le plateau

Pour l'heure, force est de constater que la vie culturelle du plateau reste modeste et que peu nombreux sont les salariés qui émettent le souhait d'y rester le soir.

Pourtant, votre rapporteur spécial a pu constater que de multiples initiatives locales étaient progressivement en train de se mettre en place.

Sur ce plan plus encore que sur les autres, sans doute faut-il laisser du temps au temps : ce n'est que lorsque l'aménagement du campus sera terminé et que celui-ci sera bien desservi par les transports en commun que les commerces et espaces de convivialité seront véritablement désireux de s'y installer.