Allez au contenu, Allez à la navigation

Sur les femmes et l'automobile : un enjeu de lutte contre la précarité, d'orientation professionnelle et de déconstruction des stéréotypes

20 septembre 2016 : sur les femmes et l'automobile : un enjeu de lutte contre la précarité, d'orientation professionnelle et de déconstruction des stéréotypes ( rapport d'information )

B. POUR DÉVELOPPER LA MIXITÉ ET L'ÉGALITÉ PROFESSIONNELLES DANS LE SECTEUR AUTOMOBILE

Recommandation n° 4 - La délégation demande que les lycées professionnels et les centres de formation des apprentis (CFA) spécialisés dans des filières considérées comme masculines soient systématiquement équipés pour faciliter l'accueil des jeunes filles dans ces filières.

Recommandation n° 5 - La délégation préconise le développement, à destination des collégiennes et des lycéennes, de « forums métiers » spécifiquement dédiés au secteur automobile et de journées portes ouvertes dans toutes les entreprises du secteur, sans oublier les concessions et les garages, afin de renforcer la connaissance, par ces jeunes élèves, de la diversité des métiers existant dans ce domaine et des perspectives d'avenir qu'ils leur offrent.

Recommandation n° 6 - La délégation recommande que les subventions aux associations promouvant la féminisation des filières scientifiques, la mixité professionnelle dans l'industrie automobile et la mobilité solidaire, fassent l'objet d'un engagement pluriannuel, afin que leurs actions ne soient pas entravées par un manque de visibilité sur leurs moyens.

Recommandation n° 7 - Pour repenser dans un sens favorable à la promotion des femmes les parcours professionnels de l'industrie automobile, la délégation souhaite que des actions de communication spécifiques soient dédiées à la problématique de la féminisation de ce secteur, en partenariat avec les directions des ressources humaines des entreprises, les lycées professionnels et les centres de formation des apprentis (CFA). Ces actions de communication pourraient prendre la forme de courts programmes télévisés ou de vidéos en ligne, ainsi que de campagnes d'affichage dans les collèges et les lycées.

Recommandation n° 8 - La délégation préconise de valoriser et de diffuser le plus largement possible les bonnes pratiques existant au sein des entreprises du secteur automobile en matière d'égalité professionnelle. À cet effet, elle recommande la mise en place de partenariats entre les entreprises et les délégations départementales et régionales aux droits des femmes, pour communiquer sur les actions conduites dans cet objectif et susciter des émules.

C. POUR EN FINIR AVEC LES STÉRÉOTYPES CONTRE LES FEMMES AU VOLANT

Recommandation n° 9 - La délégation recommande au Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) et à l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) une vigilance particulière à l'égard des publicités télévisées et des affiches publicitaires relatives au secteur automobile afin de prévenir les messages sexistes.

Recommandation n° 10 - Sensible à la question des stéréotypes et soucieuse de garantir la mixité et l'égalité professionnelles, la délégation soutient, dans le cadre des salons automobiles, le recrutement à parité d'hôtes et d'hôtesses, ainsi que le port de tenues vestimentaires qui ne réduisent pas la femme à un rôle de faire-valoir de l'automobile.

Recommandation n° 11 - La délégation recommande d'insérer dans les campagnes de sécurité routière des messages relatifs aux différences d'accidentalité routière entre hommes et femmes.

Recommandation n° 12 - La délégation souhaite qu'un dispositif de réglage manuel en hauteur de la ceinture de sécurité soit généralisé à tous les véhicules, y compris aux modèles les plus économiques, tant aux places avant qu'aux places latérales arrière.

Recommandation n° 13 -  La délégation recommande d'intégrer des modules relatifs aux stéréotypes masculins et féminins dans la formation initiale ou continue des inspecteurs du permis de conduire et des enseignants de la conduite automobile et de la sécurité routière.

Elle estime également que le fait de proposer aux élèves des équipes paritaires d'enseignants doit faire partie des bonnes pratiques des professions de l'éducation routière.