Allez au contenu, Allez à la navigation



Les nouvelles technologies de l'information

 

Audition de Philippe GILBERT et de Pierre COL

JET Multimedia

Résumé : JET Multimedia propose des solutions visant à essayer de reproduire en grande partie le modèle économique du Minitel pour l'accès à Internet. En effet, pour développer son utilisation, il faut pouvoir mettre en avant une nouvelle économie de services en ligne en faisant en sorte de répondre aux besoins quotidiens du plus large public. France Explorer répond à cet objectif qui est d'offrir à des fournisseurs d'informations présents sur le Minitel une possibilité d'assurer une transition de leurs services vers le monde de l'Internet. Nous faisons en sorte d'entraîner et d'accompagner leur migration.

1. Notre société a travaillé essentiellement sur des développements technologiques autour du Minitel, dès 1989. Nos clients furent au départ la plupart américains - Microsoft, Compaq, IBM, Apple - puis, au fur et à mesure des années, les marchés se sont élargis - ministères de l'Education nationale et des Affaires étrangères par exemple - avec quelques succès à l'exportation tel que l'équipement de réseaux télécoms à l'étranger comme au Danemark ou en Slovénie.

2. L'arrivée d'Internet nous a amenés à nous repositionner et à essayer de faire raccrocher le monde du Minitel et le monde l'Internet. Nous avons donc rejoint le groupe JET Multimedia qui est l'un des principaux acteurs du Minitel puisqu'il est le deuxième centre serveur Minitel français (150.000 utilisateurs fin octobre 1997) avec un volume d'activités de 160 millions de francs de chiffre d'affaires pour une vingtaine de millions de francs de résultats, cotation au second marché et 120 salariés. L'activité et les métiers de JET Multimedia recouvrent l'ensemble des compétences et des savoir-faire nécessaires pour la concrétisation d'un projet de service en ligne : le groupe a une activité éditoriale, il est producteur d'un certain nombre de contenus de services à valeur ajoutée - par exemple l'information sur les ventes aux enchères faite par les commissaires-priseurs. Il y a ensuite la plateforme technique serveur pour diffuser ces contenus au travers des réseaux ; la technologie logiciel est un troisième volet, un quatrième étant constitué par la promotion et la diffusion de l'information sur les services (car l'on sait, d'expérience et grâce au Minitel, que le public ne vient pas spontanément sur un service en ligne ou télématique et que l'on peut l'inciter à le faire par de la publicité à la télévision, dans les journaux, etc...). Nous essayons donc de faire en sorte que le public les découvre et, s'il est intéressé, les utilise.

3. Nous pensons que le modèle Minitel a vécu : des producteurs de contenus s'adressaient à des utilisateurs mais dans un système bien balisé, balises établies par les opérateurs eux-mêmes qui étaient à l'époque nationaux et tout puissants car uniques. Aujourd'hui, nous pensons que pour réussir sur les nouveaux marchés de l'Internet, il faut pouvoir dépasser son simple rôle soit de fournisseur de technologies soit de fournisseur de contenus et qu'il faut pouvoir aller à la rencontre du public, l'aider et le pousser. En clair, faciliter la vie des utilisateurs.

4. Pour développer l'utilisation d'Internet, il faut que l'on mette en avant une nouvelle économie de services en ligne avec des informations de proximité, faire en sorte de répondre aux besoins et à des préoccupations quotidiens des gens. Notre souci est donc de toucher les utilisateurs en les intéressant le plus largement possible à cet égard ; nous avons donc décidé de leur faire découvrir un logiciel - France explorer - sans abonnement et sans inscription préalable, avec des discours clairs en termes de tarification. Aujourd'hui, cette offre fonctionne très bien. Dans une deuxième phase, nous avons décidé d'offrir à des fournisseurs d'informations présents sur le Minitel une possibilité d'assurer une transition de leurs services vers l'Internet, en leur permettant de réaliser des services en ligne tout en conservant les leurs sur le Minitel le temps qu'ils se fassent une idée en termes de « business » ; nous leur amenons un mode rémunération basé sur l'économie du « Kiosque », l'important pour nous étant de pouvoir entraîner et accompagner leur migration. Si ces phases réussissent en France, notre objectif est de déplacer ensuite ces modèles à l'étranger en les adaptant. Nous proposons donc une solution visant à essayer de reproduire en grande partie le modèle économique du Minitel pour l'accès à Internet.

Pour en savoir plus sur le projet France Explorer : www.France-explorer.com (rubrique dossier de presse)