Allez au contenu, Allez à la navigation



Les nouvelles technologies de l'information

 

Audition de Francis REVERSE

Président de DEGRIFTOUR

Résumé : Dégriftour et Réductour utilisent, en termes de commercialisation, tant le Minitel qu'Internet ; ce dernier outil présente de nombreux atouts : la page d'accueil qui ne figure pas sur le Minitel, la navigation sur le site, beaucoup plus agréable pour le client ; cependant, l'information textuelle est rigoureusement la même ; dans l'ensemble, ces moyens télématiques nous différencient des agences de voyage traditionnelles car nous n'éditons pas de brochures, et nous ne recevons pas de clients ; les avantages d'Internet se ressentent également à d'autres niveaux : un coût de distribution de nos produits très inférieur à celui de nos concurrents, le référencement de produits ne figurant pas sur les catalogues papier traditionnels, une actualisation quotidienne de nos offres, une réactivité exceptionnelle face aux évolutions tarifaires (liées à la fluctuation des monnaies) ;

1. Nous avons une casquette Dégriftour, qui est une marque qui a été très médiatisée, et nous avons une deuxième casquette qui est Réductour, concept créé plus tard, et qui est un Tour operator qui n'a pas de boutique ni revendeur, ni même de brochure : on vend donc les mêmes produits que les autres Tour operator, mais à un prix moindre car nous faisons des économies importantes : dans le prix d'un voyage, il y a plusieurs centaines de francs pour la brochure papier, on peut distribuer jusqu'à 90 brochures pour une seule vente ; Dégriftour est donc fait pour des gens qui veulent partir au tout dernier moment, sur un coup de coeur, ou parce qu'il y a un côté ludique dans la démarche ;

2. Nous avons un serveur sur lequel on a branché le Minitel et Internet ; pour nous, ce sont deux media qui permettent de commercialiser ; jusqu'à aujourd'hui, ça reste très franco-français : nous avons très peu de commandes venant de l'étranger ; pour la France, Internet représente 6% de notre chiffre d'affaires ; nous mettons en place un catalogue sur Minitel et sur Internet en anglais qui a pour but de vendre la France au monde entier ;

3. Sur Dégriftour, il y a 1.200 produits : 300 disparaissent chaque jour et 300 autres apparaissent ; donc il n'y a que le Minitel qui pouvait convenir à l'époque où on a lancé ce système ; par contre, avec Réductour, on a un catalogue de beaucoup plus longue durée puisqu'on peut acheter 6 ou 8 mois à l'avance : cela permet de vendre moins cher les mêmes produits que les concurrents et cela permet de vendre aussi des produits différents dès l'instant où, dans une brochure de tourisme, il n'y a que des hôtels de grande capacité (parce qu'il faut amortir la page), alors que le petit hôtel familial qui a cinq chambres et deux étoiles ne peut pas être dans une brochure d'agence de voyages ;

Donc, finalement,


· le concept de vente télématique de voyages s'adapte à tout type de produit ;

Pour nous, Internet ou le Minitel, c'est la même chose ; il y a évidemment le coût du Minitel qui n'existe pas sur Internet, mais ça reste encore secondaire pour nous ; il n'y a que la page d'accueil qui soit différente sur Internet : la navigation est évidemment plus agréable, mais les informations textuelles sont rigoureusement les mêmes ; sur Internet, le système est sécurisé ; cela dit, le client a la possibilité de nous confirmer par fax sa commande avec son numéro de carte bancaire ;

4. Sur Internet, il y a des photos couleur des hôtels ; clairement, les nouveaux media sont pour nous un moyen de vendre, c'est une brochure, avec les avantages énormes,


· de pouvoir référencer des produits qui ne sont pas dans les catalogues papier ;


· un coût de distribution qui est mille fois inférieur ;


· la possibilité de changer les prix en fonction des taux des monnaies


· le côté vivant du catalogue télématique : ne peuvent apparaître que les produits disponibles si le client veut bien introduire sa date de voyage ;

5. Nous avons un robot qui tous les jours, à cinq heures du matin, va vérifier tous les vols Lufthansa disponibles (notre plus gros partenaire) ; il « check » tous les vols et rafraîchit notre catalogue Dégriftour et Réductour ; de même, ce robot va dans une agence qui s'appelle Look voyages et il reprend tous les vols sur lesquels il y a des vols disponibles ;

6. L'équilibre économique : par rapport à une agence traditionnelle, il y a quand même chez nous une quarantaine de personnes qui travaillent à mettre des infos toute la journée sur Internet : on vit un peu comme une station de radio ; il faut rafraîchir en permanence le catalogue, à savoir trois fois par jour pour Dégriftour et une fois par jour pour Réductour ; il faut rémunérer ces personnes ; ceci dit, il y a 110 autres personnes qui exploitent les commandes et qui les traitent avec le service d'exploitation, la comptabilité, les réservations, etc...On aura des gains de productivité si on double notre chiffre d'affaires : on passera peut être à 220 personnes, mais on restera toujours à 40 pour les informations ; donc ce dernier coût va baisser ;

On va aussi automatiser un certain nombre de procédures, notamment les commandes pour l'aérien, mais aussi pour les hôteliers par exemple : c'est lui-même qui, avec son Minitel, va déclencher le débit de la carte de crédit du client et envoyer la confirmation ;

7. Le système de tarification du Minitel est pour le moment assez intéressant dans la mesure où chacun choisit son tarif ; on a mis une tarification bleu/blanc/rouge, on va de 1,01 à 2,30 francs ; on n'a pas une clientèle considérable de jeunes contrairement à ce qu'on peut supposer ; ce sont plutôt des cadres, dirigeants d'entreprise, professions libérales, de 30 à 50 ans ; les retraités n'ont pas beaucoup de Minitels ; les jeunes, je ne sais pas où ils sont, mais pas vraiment chez nous ;

8. Nous avons reçu des clients pendant un certain temps, comme dans d'autres agences de voyage ; désormais, nos bureaux sont fermés au public et, le seul moyen aujourd'hui pour le client de nous atteindre est de se placer derrière un écran ;

9. Notre nouveau serveur « Club Bonjour France » a clairement pour but de « vendre » la France aux étrangers. Il sera très prochainement sur Internet en français et en anglais.

Nous avons constaté que les hôtels de grande capacité (généralement classés***, **** ou ****luxe) n'intéressent que 30% des touristes. Les autres souhaitent des résidences, de l'hôtellerie légère ou de plein air, des gîtes ruraux ou du locatif.

Nous ouvrons donc très largement notre catalogue à ces produits et avons signé un accord avec 700 agences immobilières membres de la FNAIM pour proposer des villas et des appartements.

D'ici un an, nous pourrons également proposer au touriste étrangers des tarifs aériens avantageux de chez lui vers la France.