Allez au contenu, Allez à la navigation

9 juin 1999 : L'évolution de la dette publique en France entre 1980 et 1997 ( rapport d'information )

 

Retour Sommaire Suite

ANNEXE 3

LE SOLDE STABILISANT LE RATIO
D'ENDETTEMENT PUBLIC

La variation de l'endettement public peut être assimilée en première approximation - c'est-à-dire en négligeant les flux nets de créances - au déficit public : pour stabiliser la dette en valeur nominale, il est donc nécessaire de dégager un simple équilibre des comptes publics.

Cependant, il n'est pas nécessaire que la dette soit stabilisée en francs courants pour que l'endettement reste sur une trajectoire soutenable. En effet, lorsque la richesse nationale s'accroît, un pays peut soutenir le service d'une dette accrue dans les mêmes proportions. Mieux vaut donc considérer le ratio rapportant la dette au PIB.

Le solde public entraînant la stabilité de ce ratio, c'est-à-dire le solde stabilisant l'endettement public en part de PIB, fait intervenir à la fois le niveau de la dette et la croissance nominale de l'activité : une croissance nominale plus forte diminue en effet d'une année sur l'autre le poids de la dette héritée de la période précédente. Cet effet d'érosion, via la croissance économique, du poids relatif de la dette est d'autant plus important que le poids de cette dette est initialement élevé35(*). Ceci tendrait à indiquer qu'il est d'autant plus facile de stabiliser son ratio d'endettement que le niveau de départ de la dette est élevé et que l'inflation est forte. Une telle analyse est cependant largement trompeuse. D'une part, plus la dette est élevée, plus la part des dépenses qui est consacrée au paiement d'intérêts sur la dette est élevée et donc plus l'effort à fournir en matière d'autres dépenses et de recettes pour atteindre un même niveau de déficit est important. D'autre part, une inflation élevée conduit, à un terme plus ou moins lointain à une élévation des taux d'intérêt : ce qui est gagné d'un côté par l'érosion de la dette est perdu de l'autre par l'alourdissement des paiements d'intérêt.

Il est de ce fait plus pertinent de présenter aussi un indicateur de solde primaire stabilisant l'endettement public en part de PIB. Il s'agit du solde primaire, c'est-à-dire hors charges d'intérêt, permettant de stabiliser la dette exprimée en part de PIB. Le solde primaire stabilisant le ratio d'endettement est en effet d'autant plus élevé que le poids de l'endettement dans le PIB est important et que la différence entre le taux d'intérêt nominal et le taux de croissance du PIB en valeur est forte36(*).

Depuis un quinzaine d'années, le coût apparent de la dette est devenu supérieur au taux de croissance du PIB en valeur, si bien qu'il est nécessaire pour les finances publiques de dégager un excédent primaire.

Dette et déficit public



Calculs DP

Retour Sommaire Suite