Allez au contenu, Allez à la navigation



 

Retour Sommaire Suite

2. Une évolution favorisée par la mondialisation

La mobilité internationale des cadres n'est pas propre à la France. Elle touche l'ensemble des économies industrialisées.

L'intégration croissante de celles-ci a imposé aux entreprises une plus grande ouverture sur l'étranger. Aucune entreprise ambitieuse ne peut plus, en effet, aujourd'hui ignorer la dimension internationale de son activité tant l'espace économique se limite de moins en moins aux frontières nationales.

Les entreprises ont un besoin croissant de cadres capables de prospecter les marchés internationaux, de négocier avec des partenaires étrangers ou de travailler dans des filiales implantées hors de France. La mondialisation a entraîné une ouverture croissante des champs d'activité, tant pour les entreprises qui doivent se défendre en France contre des concurrents étrangers ou s'implanter sur des marchés lointains, que pour leurs salariés dont elles exigent de plus en plus qu'ils aient une expérience internationale.

L'ouverture sur l'étranger des jeunes diplômés répond donc aux besoins des entreprises françaises en même temps qu'à leur penchant naturel.

La mondialisation abat, par ailleurs, les barrières culturelles et linguistiques qui freinaient la mobilité des cadres. On assiste progressivement à l'émergence, au-delà des particularismes nationaux, de références et de modes de penser communs à l'ensemble des élites nationales.

Dans certains secteurs d'activité comme la finance et l'informatique, où les marchés sont mondiaux et les entreprises souvent internationales, il est fréquent aujourd'hui de voir des entreprises recruter des salariés de cinq à dix pays différents. L'internationalisation de ces secteurs favorise la lente émergence d'une élite entrepreneuriale cosmopolite et donc essentiellement mobile.

Cette mobilité est favorisée par la pratique des langues étrangères, surtout de l'anglais, par la multiplication dans les écoles de commerce et d'ingénieurs des stages et séjours d'études à l'étranger, et aussi par le grand nombre des jeunes qui ont choisi d'effectuer leur service national à l'étranger dans la coopération.

Alors qu'environ 40 % seulement des Français nés dans les années 1950 possédaient quelques notions d'anglais, d'allemand ou d'espagnol, ils sont 70 % dans les générations nées après 1960. 39(*)

La France, comme les autres grands pays industrialisés, s'est adaptée à un monde de plus en plus global. Elle dispose désormais de nombreux cadres ouverts sur le monde extérieur et, pour la plupart d'entre eux, mobiles. Cette mobilité est un atout. Elle représente également un défi, celui d'offrir à ces cadres un environnement suffisamment attractif pour qu'ils ne s'orientent pas vers des marchés extérieurs plus dynamiques et des environnements entrepreneuriaux plus porteurs.

Retour Sommaire Suite