Allez au contenu, Allez à la navigation



 

Retour Sommaire Suite

3. Une attraction croissante du modèle anglo-saxon

L'intérêt croissant des jeunes cadres et des entrepreneurs français pour l'expatriation a profité aux Etats-Unis et à l'Angleterre plus qu'à d'autres pays. La prégnance du modèle anglo-saxon est manifeste, l'attrait des jeunes cadres français pour le dynamisme économique de ces pays évident.

Les Etats-Unis s'imposent, à leurs yeux, comme un modèle économique. Le règne de l'économie de marché, l'avènement d'une croissance économique fondée sur les technologies de l'information ont renforcé l'attractivité d'un libéralisme économique dont les pays anglo-saxons apparaissent comme les porte-drapeaux.

Les Etats-Unis font figure de patrie des entrepreneurs. Ils connaissent depuis le début des années quatre-vingt-dix une croissance d'un taux et d'une durée exceptionnels. Avec une expansion de plus de 3 % en moyenne depuis 10 ans, contre 2 % en moyenne dans l'OCDE et moins de 1,5 % en France40(*), les Etats-Unis ont créé près de 20 millions d'emplois depuis février 1992, soit une croissance de plus de 18 % en 7 ans. Ces créations d'emplois ont permis une baisse continue du chômage qui, à 4,3 %, est à son plus bas niveau depuis 1970.

Ce dynamisme économique s'est fondé sur un mouvement sans précédent de créations d'entreprises. 800.000 entreprises par an ont été créées depuis 1994 outre-Atlantique. Le nombre des PME a augmenté depuis 1992 de 57 %. On compte 23 millions de PME aux Etats-Unis et 16 millions de chefs d'entreprises, soit 13 % de la population active non-agricole41(*).

Porté par une croissance économique exceptionnelle, le modèle entrepreneurial américain constitue, aujourd'hui, pour les jeunes cadres une référence sans égale. Celle d'un pays où la création d'entreprises est facile, la réussite accessible et les opportunités nombreuses.

L'attractivité du monde anglo-saxon se trouve encore renforcée par l'émergence de la nouvelle économie. Le dynamisme exceptionnel des Etats-Unis et dans une moindre mesure de la Grande-Bretagne dans ce secteur, a beaucoup fait pour attirer des entrepreneurs et des cadres français en quête de marchés porteurs.

Retour Sommaire Suite