Allez au contenu, Allez à la navigation



 



Retour Sommaire Suite

2. Les mesures budgétaires adoptées pour 1998

Dans un contexte démographique de réduction des effectifs de l'enseignement scolaire (- 70.000 à la rentrée 1997 et - 64.200 à la rentrée 1998), le maintien des emplois devait permettre de redéployer les moyens d'enseignement en faveur des ZEP et d'améliorer les dispositifs de soutien aux élèves en difficulté.

Les écoles situées en ZEP ont ainsi bénéficié en priorité de l'affectation des 30.000 emplois-jeunes recrutés dans l'enseignement primaire et les 10.000 autres aides-éducateurs pour l'enseignement secondaire ont été affectés dans les collèges les plus difficiles, ceux-ci étant pour leur grande majorité situés en ZEP.

Les ZEP ont également bénéficié des créations d'emplois de personnels non-enseignants et notamment :

- d'une partie importante des 250 emplois d'infirmières et d'assistantes sociales qui ont été affectés au 1er janvier 1998, dans les établissements concernés par le plan violence ;

- d'une grande part des 380 emplois d'infirmières et d'assistantes sociales qui seront créés à la rentrée 1998 ;

- de 120 emplois de personnels ATOS, sur les 550 qui seront créés à la rentrée 1998.

En outre, la loi de finances pour 1998 a permis d'augmenter de 26,5 % les crédits d'innovation pédagogique spécifiquement attribués aux ZEP.

Les ZEP devaient bénéficier enfin en priorité des crédits du fonds social pour les cantines et de l'aide à l'équipement des bibliothèques et des centres de documentation des écoles.

3. Le plan de relance des ZEP

En présentant ce plan de relance lors du Conseil des ministres du 14 janvier 1998, la ministre déléguée à l'enseignement scolaire a rappelé que l'école, dans les ZEP comme ailleurs, doit apporter aux élèves des savoirs, une culture commune, et une formation qui permet l'insertion sociale en application du principe discriminatoire.

Ce plan de relance passe par la réalisation de cinq objectifs :

- la reconnaissance du métier d'enseignant dans les ZEP ;

- la mise en place des réseaux d'éducation prioritaire et la révision de la carte des ZEP ;

- l'élaboration de projets pédagogiques au service de la réussite scolaire des élèves de ZEP ;

- des " contrats de réussite " dans les ZEP ;

- le renforcement des liens avec les partenaires de l'éducation nationale.

Dans cette perspective, une consultation nationale de l'ensemble des acteurs concernés à travers des forums académiques a été engagée de janvier à avril 1998, qui devrait déboucher sur des assises nationales au début du mois de juin 1998.

Retour Sommaire Suite