Allez au contenu, Allez à la navigation



 



Retour Sommaire Suite

3. Une omission regrettable

Votre rapporteur ne peut que regretter que ni le gouvernement ni l'Assemblée nationale n'aient souligné le rôle que doit jouer l'école dans la démocratisation de la culture et la lutte contre l'exclusion culturelle.

Au delà des politiques spécifiques destinées à un public donné ou à des zones géographiques déterminées, l'école, institution essentielle de la République, demeure le lieu privilégié pour promouvoir l'égalité des chances. Elle constitue sans aucun doute le moyen le plus efficace pour lutter contre la transmission de génération en génération des phénomènes d'exclusion.

La loi n° 88-20 du 6 janvier 1988 relative aux enseignements artistiques, dont votre commission a souvent regretté l'application très imparfaite, précisait, dans son article premier, que " les enseignements artistiques contribuent à l'égalité d'accès à la culture ".

Le rapport Fauroux remis au ministre de l'éducation nationale en juin 1996 avait à juste titre considéré que l'éducation artistique et culturelle devait être considérée à l'image de la lecture, de l'écriture et du calcul comme un enseignement primordial. Les conclusions présentées par M. Philippe Meirieu, président du comité d'organisation de la consultation nationale sur l'avenir des lycées, ont souligné que les jeunes lycéens aspirent à acquérir une culture commune grâce à la formation dispensée par l'éducation nationale. Les enseignants et plus largement les équipes des établissements scolaires ont donc un rôle décisif à jouer en ce domaine. Ce n'est souvent que grâce à l'école que beaucoup d'enfants auront la chance d'assister un jour à une représentation théâtrale ou de visiter un musée.

Votre commission vous proposera deux amendements destinés, d'une part, à préciser que l'accès à la culture doit être égal pour tous et, d'autre part, à réaffirmer le rôle de l'école dans la lutte contre l'exclusion, notamment grâce au développement des enseignements artistiques dispensés dans les établissements scolaires.

Retour Sommaire Suite