Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2008 : Outre-mer

 

2. Un potentiel écologique élevé, des projets ambitieux

Le groupe d'études sur l'Arctique, l'Antarctique et les Terres australes, que préside votre rapporteur, a organisé le 25 septembre 2007 une série d'auditions consacrées au développement de la recherche scientifique dans les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF).

Lors de ces auditions, M. Eric Pilloton, préfet, administrateur supérieur des TAAF, a indiqué que cette collectivité était engagée dans trois grands projets :

l'élaboration d'une vision d'ensemble pour les Iles Eparses. Selon M. Eric Pilloton, « Toutes ces îles renferment un écosystème de grande valeur, même si celui-ci est plus riche chez certaines d'entre elles. Quoi qu'il en soit, ces écosystèmes sont particulièrement riches au titre de la science. En outre, le potentiel économique de ces îles ne doit pas être sous-estimé. La pêche au thon mérite d'y être développée. Il serait souhaitable que ce développement s'effectue sous les mêmes modalités que celles utilisées pour la pêche à la légine, modalités caractérisées par une gestion raisonnée de développement durable. » ;

la conception du plan de gestion de la réserve naturelle des Iles Australes, créée en 2006. Il s'agit de la plus grande réserve terrestre et maritime. Ce plan de gestion devrait être finalisé d'ici à 2009 ;

faire des TAAF un lieu d'exploration pour le développement de certaines énergies renouvelables et la maîtrise de l'énergie. M. Eric Pilloton a expliqué que « dans ces territoires, nous sommes souvent confrontés à des conditions extrêmes (vent, rapidité de changement des conditions climatiques dans les Australes, températures élevées et cycloniques dans les Iles Eparses, etc.). Nous considérons que ces îles pourraient permettre à des chercheurs ou à des entreprises de tester des systèmes innovants de protection, de production d'énergie, de conception de bâtiments, de production d'eau, etc. »

Les îles Eparses

L'île d'Europa est la plus grande des îles Eparses (30 km2). Un lagon couvre le cinquième de l'île, qui dispose d'une végétation indigène quasiment intacte.

Bassas da India est un atoll en formation d'une superficie inférieure à 1 km2, que la mer recouvre presque entièrement à marée haute.

Juan de Nova est une île en croissant d'une superficie de 5 km2, protégée par un vaste lagon et une barrière corallienne.

Depuis 1973, un détachement du 2ème Régiment Parachutiste d'Infanterie de Marine (RPIMA) est installé à Europa et à Juan de Nova.

L'archipel des Glorieuses est composé de deux îles coralliennes, d'une superficie totale de 7 km; une station météorologique automatique et un détachement de la légion étrangère y sont installés.

Tromelin est une petite île plate de 1 km2, située à 535 km dans le nord-est de la Réunion. La station météorologique qui y est installée depuis 1954 s'est révélée d'un grand intérêt pour la détection des formations cycloniques dans le sud-ouest de l'océan Indien (La Réunion, Madagascar, Ile Maurice).