Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2010 : Culture (fascicule 2) : Création - Cinéma

 

II. LE CINÉMA

A. L'ÉCONOMIE DU SECTEUR

1. Une nouvelle progression de la production cinématographique

En 2008, 240 films ont été produits, soit 12 films de plus que l'année précédente et autant qu'en 2005, année du précédent record historique. Depuis 2001, le niveau moyen de la production française annuelle est de 216 films agréés, dont 177 films d'initiative française. La production s'annonce stable pour 2009.

Comme en 2007, la progression constatée en 2008 concerne essentiellement les films dits « d'initiative française », c'est-à-dire les films produits et financés intégralement ou majoritairement par des partenaires français.

Les films de coproduction internationale représentent 39,6 % de l'ensemble des films produits, part en légère diminution.

Les investissements consacrés à l'ensemble de la production cinématographique ont atteint un niveau record, leur progression de 24,1 % les portant à près de 1,5 milliard d'euros.

La part des films intégralement financés par la France augmente et représente 74 % des films d'initiative française agréés en 2008, contre 71,9 %, l'année précédente. Il est frappant de constater que la hausse des investissements sur les films d'initiative française concerne uniquement les investissements français. Ceux-ci ont progressé de près de 30 %. Comparés à l'année 2005, ces investissements français augmentent de plus de 40 %. Votre rapporteur s'interroge sur les raisons de cette évolution.

Il relève à la fois la forte progression de films d'initiative française tournés en langue française : 96,4 % en 2008, contre 91,4 % en 2007, mais aussi le niveau élevé du budget de certains films tournés en langue anglaise.

L'année 2008 affiche de nouveau une bipolarisation des devis des films d'initiative française avec, d'une part, une proportion plus élevée de films à devis inférieur à 1 million d'euros et de films à devis supérieur à 7 millions d'euros et, d'autre part, une baisse du nombre de films à devis compris entre 5 et 7 millions d'euros.

L'investissement moyen par film, compte tenu de la progression globale des investissements, est de 6,42 millions d'euros, contre 5,43 millions en 2007.

Si la part de marché des films français a progressé de 46,3 % sur les neuf premiers mois de 2008, elle est en revanche estimée à 34,3 % sur les neuf premiers mois de 2009, ce que peut expliquer la part prise par le film « Bienvenue chez les Ch'tis ».