Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2010 : Culture (fascicule 2) : Création - Cinéma

 

b) Les conclusions des « Entretiens de Valois »

Rappelons que le ministère a pris l'initiative d'organiser une réflexion sur l'avenir du spectacle vivant, intitulée « Entretiens de Valois », lancée en février 2008 et achevée le 2 juillet 2009, avec six mois de retard par rapport au calendrier prévu par le rapport d'étape établi en juin 2008.

Les préconisations issues des Entretiens de Valois s'articulent autour de trois axes :

réviser les critères d'intervention artistiques et économiques de l'Etat, par la mise à plat des différents labels, la rationalisation des cartes des financements et la généralisation des conventions pluriannuelles ;

améliorer les conditions de production et de diffusion y compris internationale, ce qui suppose de développer les liens public/privé, de mettre en place de nouvelles sources de financement, de poursuivre le développement de la professionnalisation des entreprises de spectacle, de développer des pôles européens de spectacle intégrés et de favoriser l'exportation, de responsabiliser les établissements publics sur leur mission de diffusion sur le territoire ;

- retrouver les marges de manoeuvre nécessaires à un soutien de l'émergence et de l'innovation artistiques grâce à la clarification des modalités d'intervention de l'Etat.

Ces axes se déclinent en huit chantiers prioritaires :

- écriture d'un cahier des charges commun pour les institutions culturelles du spectacle vivant en région, décliné ensuite par réseau national ;

- instauration des conférences du spectacle vivant en région, instances de dialogue de l'Etat avec les collectivités et les professionnels en région ;

- remise à plat des labels : clarification ou écriture des textes qui les régissent, travail sur la carte nationale et les contrats d'objectifs et de moyens ;

- mise à l'étude d'un fonds d'aide à la diffusion, alimenté par des ressources extrabudgétaires ; à cet égard, votre rapporteur rappelle la proposition d'instaurer une taxe prélevée sur les jeux et la loterie nationale, comme en Grande-Bretagne ;

- mise en place d'un volet de développement territorial dans les contrats de performance des établissements publics ;

- création d'une qualification d'entreprise culturelle du spectacle vivant, afin d'intensifier la professionnalisation et la structuration en particulier des équipes artistiques ;

- mise en oeuvre d'une politique d'intensification de la diffusion européenne : pôles d'excellence européens, bureaux export du spectacle vivant dans les grandes capitales culturelles ;

- mise en place d'une plate-forme d'observation du spectacle vivant, partagée entre l'Etat, les collectivités, les sociétés de répartition des droits et les professionnels.

Ces chantiers renvoient pour partie aux principaux enjeux identifiés à la suite de l'audit de modernisation sur le secteur : la systématisation des textes normatifs et contractuels pour les réseaux aidés, la simplification des dispositifs d'aide en faveur du spectacle vivant et l'amélioration de la connaissance et de la visibilité des données de référence des structures aidées.

Le spectacle vivant emploie plus de 170 000 professionnels, qu'ils soient artistes, techniciens ou personnels administratifs, permanents ou intermittents ; et on dénombre près de 15 000 entreprises qui produisent, diffusent, accueillent des spectacles, ou encore, fournissent des prestations de services techniques.

Or, votre rapporteur constate une certaine lassitude chez les professionnels, qui craignent que les Entretiens de Valois ne se traduisent pas par des avancées concrètes.