Allez au contenu, Allez à la navigation

Projet de loi de finances pour 2016 : Écologie, développement et mobilité durables : Transports aériens

19 novembre 2015 : Budget 2016 - Écologie, développement et mobilité durables : Transports aériens ( avis - première lecture )

D. L'AVION VERT DANS LE SILLAGE DE LOUIS BLÉRIOT ET CHARLES LINDBERG

Votre rapporteure souhaite attirer l'attention sur les développements actuels autour de l' « aviation verte », qui permettent à la France de se positionner à la pointe de ce domaine. Elle rappelle à ce titre que l'industrie aéronautique est une économie de cycles longs : les succès actuels sont le fruit de politiques engagées il y a vingt ou trente ans, et les succès de demain résulteront des efforts d'aujourd'hui.

1. L'E-Fan a traversé la Manche

L'E-Fan est un prototype d'avion biplace construit en matériaux composites et propulsé par deux moteurs électriques alimentés par des batteries lithium-ion, qui lui permettent de voler à une vitesse de croisière de 160 km/h. Élaboré par Airbus Innovation Works et Aéro Composites Saintonge, avec le soutien de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), il constitue le projet central du plan « Avion électrique et nouvelle génération d'aéronefs », l'un des 34 plans de la « Nouvelle France industrielle » initiés en 2013 par le ministère du Redressement productif.

Le projet E-Fan a été lancé en 2011, présenté au salon du Bourget 2013 et le premier vol officiel a eu lieu le 25 avril 2014. Le 10 juillet 2015, l'E-Fan réalise sa première traversée de la Manche, entre Lydd, dans le Kent, et l'aéroport de Calais-Dunkerque.

Cet avion prototype, qui ouvre les portes d'une aviation silencieuse et propre, est destiné, dans un premier temps, à la formation des futurs pilotes. En effet, l'E-Fan est particulièrement adapté aux missions de courtes durées (30 minutes à une heure) nécessitant un fort taux de rotation, comme la formation des pilotes débutants, le remorquage des planeurs et la voltige. En outre, ne consommant que deux euros d'électricité pour une mission d'une heure, contre 36 à 40 euros de carburant pour un avion à moteur, cet appareil se révèle particulièrement économique. Enfin, cet avion-école devrait abaisser significativement le niveau de bruit autour des aérodromes, à l'origine de nombreuses plaintes de riverains.

Une étude de marché d'Airbus Group vise la fabrication de 40 à 80 avions électriques par an, tandis que le marché des avions-écoles est évalué à 21 000 appareils sur 20 ans. La mise sur le marché est prévue pour 2017 et l'E-Fan sera produit en série, dans une future usine d'assemblage à l'aéroport de Pau-Pyrénées, créant 350 emplois indirects locaux. La production portera sur deux modèles : l'E-Fan 2.0 (deux sièges côte à côte au lieu de deux sièges en tandem pour l'E-Fan 1) en 2017 et l'E-Fan 4.0 (quatre sièges) à horizon 2019, à propulsion hybride.

Pour Airbus, il s'agit d'une première étape dans la production de générations successives d'avions électriques de taille croissante, jusqu'à la construction d'un avion régional, capable de transporter une centaine de personnes, à l'horizon 2030.

2. Eraole : un avion hybride à l'assaut de l'Atlantique

La fondation Océan Vital crée par le navigateur Raphaël Dinelli, développe actuellement un prototype d'avion hybride à traction électrique, avec le soutien d'Aéroports de Paris et de l'Aéroclub de France. Elle s'est fixée pour objectif de rééditer l'exploit de Charles Lindbergh, en réalisant un vol transatlantique sans escale et sans empreinte carbone, au moyen d'un biplan décalé (avec deux paires d'ailes) à propulsion hybride solaire et bioénergie (25 % de solaire environ) baptisé Eraole.

L'énergie solaire sera récoltée par 43 m² de cellules photovoltaïques disposées sur les ailes, et stockée dans des batteries lithium ion. Quant à la bioénergie, elle sera produite par un Range Extender (prolongateur d'autonomie) utilisant un biocarburant élaboré à base de micro-algues qui entraînera une génératrice produisant de l'électricité au bilan carbone négatif.

Les premiers vols d'essais pourraient avoir lieu depuis la base de Creil au mois de décembre. L'appareil fait actuellement l'objet d'une négociation avec la DGAC pour l'obtention d'un certificat de navigabilité restreint d'aéronef (CNRA). L'avion sera également présenté lors de la COP 21. La tentative de traversée de l'Atlantique est fixée au mois de juin 2016.