Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 1996 : presse écrite

 

B. ÉVOLUTION PAR CATÉGORIE DE PRESSE

Par catégorie de presse, les résultats d'ensemble montrent que l'amélioration est observée dans tous les secteurs, mais inégalement : les chiffres d'affaires progressent respectivement de + 2,2 % et + 2,9 % pour la presse d'information générale et politique nationale et locale, de + 1,4 % pour la presse spécialisée grand public, et la presse spécialisée technique et professionnelle, de + 1,3 % enfin pour la presse gratuite.

Alors qu'il était en recul de 4,6 % en 1993, le chiffre d'affaires de la presse nationale d'information générale et politique, qui représente environ 18 % de l'ensemble de la presse, est en progression de 2,2 % pour 1994. Ce résultat est dû à une amélioration des recettes de publicité commerciale alors que les petites annonces restent stables. Les recettes des ventes sont également stables, l'accroissement des ventes par abonnement étant compensé par une diminution des ventes au numéro.

A l'intérieur de cette catégorie, les quotidiens ont une évolution semblable : une augmentation de 2,1 % du chiffre d'affaires, les recettes de publicité progressant de 5,6 % et celles des ventes diminuant légèrement (0,7 %). Ce dernier résultat, qui tient compte de la création d'un nouveau quotidien, est préoccupant, car il signifie chez les autres quotidiens une baisse du lectorat. Les magazines ont, pour leur part, une croissance plus importante de leurs recettes de publicité (+8,1 %) qui explique l'augmentation plus sensible du chiffre d'affaires (+2,7 %).

La presse locale d'information générale et politique (essentiellement les quotidiens locaux) qui pèse un peu plus du quart de l'ensemble de la presse, connaît l'évolution la plus favorable avec +2,9 %

Les ventes par abonnement tendent à se développer alors que les ventes au numéro stagnent. Par ailleurs, les recettes de publicité progressent à nouveau nettement.

Les résultats de la presse spécialisée grand public qui représente 38 % de l'ensemble, sont plus modestes avec une légère progression de 1,4 %. Pourtant les recettes de ventes augmentent mais celles de la publicité ne progressent que faiblement en raison d'un recul important des petites annonces.

La presse spécialisée technique et professionnelle connaît également une progression de 1,4% mais avec une évolution des composantes très différente de celle des autres catégories : les recettes des ventes augmentent nettement et particulièrement celles des ventes au numéro (10,7 %) alors que les recettes de publicité diminuent de 1,9 % en raison d'un fléchissement de la publicité commerciale.

Enfin, la presse gratuite connaît une évolution voisine des deux catégories précédentes, son chiffre d'affaires, totalement dépendant de la publicité et des petites annonces, augmente de 1,3 %.