Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2001 : Presse

 

III. DOSSIERS D'ACTUALITÉ

Pour compléter les informations du présent rapport, il a paru intéressant de fournir des éléments d'appréciation concernant deux dossiers d'actualité :

la situation de la presse face à la hausse du prix du papier journal ;

des analyses de la crise que traverse actuellement l'agence France-Presse.

A. LA PRESSE FACE À LA HAUSSE DES PRIX DU PAPIER

La société des " papiers de presse " regroupant la compagnie française des papiers de presse et la société professionnelle des papiers de presse, a tiré dès le printemps dernier, la sonnette d'alarme.

La conjoncture économique soutenue comme la baisse de l'euro pourraient entraîner une hausse du prix du papier journal aussi grave que celle qu'à connue la profession de celles des années 1994 et 1995.

1. Une demande soutenue

En 1999, la demande mondiale de papier journal a cru de 3 % par rapport à l'année précédente. Cette croissance correspond à une augmentation de 2 % de la consommation d'Amérique du nord et de 2 % en Europe avec pour cette dernière zone les différences notables selon les pays. C'est ainsi qu'en France la demande a augmenté pour l'année 1999 au rythme d'environ 5 %.

La situation de la presse française est rendue délicate à court terme par cette forte demande interne qui se double à l'extérieur de l'attraction exercée par la demande américaine dopée par la hausse du dollar.

Le tableau ci-dessous rappelle l'évolution de la consommation de papier des titres de la presse Editeur.

2. La hausse des prix : le cumul de facteurs conjoncturels et structurels

Le tableau ci-après retrace l'évolution de l'indice des prix du papier, tel qu'il résulte des statistiques de l'INSEE relatives aux prix de vente industriels.

Pour l'instant le prix du papier journal a gagné plus de 20 points par rapport à 1994 mais n'a pas encore atteint le sommet de 118,5 de 1995.

A long terme, la société des papiers de presse dénonce les risques qui accompagnent les larges mouvements de concentration que connaît l'industrie du papier. Désormais, les cinq premiers producteurs mondiaux détiennent 57 % du marché mondial du papier journal et 65 % du marché du papier magazine. Les entreprises considérées réalisent entre 50 et 80 milliards de francs de chiffre d'affaires chacune, soit des chiffres d'affaires largement supérieur à celui de la presse française. Ce déséquilibre de poids économique conduit certains à souhaiter des regroupements au niveau européen pour améliorer le pouvoir de négociation de la presse du vieux continent face aux grands producteurs. On note qu'il y a débat entre la presse et ses fournisseurs sur la perspective d'une pénurie physique de papier.

A l'heure actuelle, on envisage une hausse de 15 à 20 % du papier journal, ce qui ne peut manquer de poser sur le compte d'exploitation des entreprises de presse - ce poste représente couramment 10 à 12 % des charges d'un journal, voire plus pour certains journaux - à un moment où l'on s'interroge sur la poursuite de la bonne conjoncture après les deux très bonnes années que vient de connaître le secteur.