Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2001 : Analyse synthétique des crédits et principales observations des rapporteurs spéciaux

 

B. DES PRIORITÉS CLAIRES EN MATIÈRE SOCIALE ET D'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE

On doit être satisfait de ce que les orientations du présent budget traduisent cette volonté d'approfondissement des dimensions sociale et territoriale du tourisme.

1. Concrétiser le droit aux vacances

Le droit aux vacances n'est pas encore une réalité pour tous. Certes une loi du 12 juillet dernier favorise l'accès au chèque vacances à 7,5 millions de salariés des PME qui ne pouvaient pas encore en bénéficier, tout comme l'article 140 de la loi sur l'exclusion pose des principes dont certains pourraient estimer qu'ils tardent à être mis en oeuvre, en dépit des efforts entrepris dans les derniers budgets.

La politique d'encouragement au tourisme social et, en particulier, la mise en place d'une « Bourse solidarité vacances », dont l'objet est de favoriser le départ des plus démunis a permis, grâce à la solidarité des professionnels du tourisme et aux compétences des associations caritatives de faire partir, cette année, 10.000 personnes qui n'allaient pas en vacances se traduit par la croissance soutenue de deux postes : au chapitre 44- 01, le paragraphe 30 soutien au secteur associatif de l'article 21 Interventions stratégiques est en augmentation de 4,7 millions de francs en montants absolus et de 40 % en pourcentage. Dans le même sens, l'effort en faveur des hébergements associatifs du paragraphe 3 du chapitre 66-03 va se poursuivre en 2001 au niveau de déjà atteint en 1999 et 2000 de 24,3 millions de francs en AP et 13,4 en CP.

2. Mieux répartir le tourisme sur l'ensemble du territoire

Sachant que 80 % des touristes se concentrent sur 20 % du territoire national, on comprend l'enjeu que constitue la préparation du XIIème  plan et l'aménagement touristique du territoire et la satisfaction de votre rapporteur spécial de constater une forte croissance tant des dépenses d'intervention que des subventions en capital :

l Les moyens affectés aux contrats de plan : à l'article 33 du chapitre 44-01 sont ainsi renforcés les crédits d'intervention -qui étaient déjà passés de 17,7 à 30 millions de francs de 1999 à 2000- sont doublés pour atteindre 60 millions de francs ;

l Au niveau des dépenses en capital : l'effort accompli par le présent budget est également très sensible : la dotation des contrats de plan augmente de 30 millions de francs en AP et de 9,1 millions de francs en CP, soit également une augmentation substantielle en pourcentage de près de 45 %.

*

* *

Compte tenu du caractère précoce de la présentation et de son souhait de mettre l'accent sur les effets des catastrophes naturelles du début de l'année, votre rapporteur spécial n'a pas voulu présenter de statistiques dans la présente note. Elle compte, lorsque que l'on disposera des premiers résultats de la saison d'été, donner l'occasion à la secrétaire d'Etat au tourisme de faire le bilan de la tempête et de la catastrophe de l'Erika et de présenter les mesures mises en oeuvre pour atténuer les difficultés qui en sont résultées pour de nombreux acteurs du secteur du tourisme et de faire le point de l'état d'exécution des crédits ouverts en loi de finances rectificative.