Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2001 : Analyse synthétique des crédits et principales observations des rapporteurs spéciaux

 

4. Les dépenses de personnel

Au 1er janvier 2001, l'effectif prévisionnel est fixé à 945 agents, soit une diminution de 13 agents par rapport au 1er janvier 2000.

Concernant les effectifs, il convient de noter que l'effet des départs à la retraite sera ressenti surtout à compter de 2005 et que d'ici à 2010, 339 ouvriers et fonctionnaires techniques partiront en retraite.

Par rapport à la loi de finances initiale 2000, le chapitre des dépenses de personnel, toutes mesures confondues, augmente très modérément (+ 0,6 %).

Les principales mesures pour l'année 2001 concernent l'adaptation de la structure fonctionnelle du cadre ouvrier et des créations de postes gagées par des suppressions.

5. Les investissements

Les investissements effectués ces dernières années afin de doter l'établissement monétaire de Pessac d'un équipement industriel performant destiné à la frappe de l'euro se sont traduits notamment par l'acquisition de nouvelles presses monétaires rapides. Cet établissement constitue ainsi aujourd'hui, sur le plan industriel, une référence. S'agissant de l'établissement parisien, l'effort a porté essentiellement sur la rationalisation des processus de fabrication et sur la mise en sûreté et le réaménagement du service commercial.

Les autorisations de programme inscrites pour 2001 amorcent une baisse de 13 % et couvrent notamment :

- pour Pessac, l'acquisition de matériels et de machines (7,5MF), l'aménagement de locaux et l'acquisition de matériels (1,7 MF) pour le Centre national français d'analyse des pièces (CNAP) et le Centre technique et scientifique européen (CTSE), ces deux centres étant crées dans le cadre de la lutte contre la contrefaçon.

- pour Paris, un investissement informatique pour le projet " passage à l'euro " (3,9 MF), l'achat de machines (2,2 MF), le réaménagement du secteur des expéditions (1,3 MF).

Pour l'avenir, la direction des Monnaies et médailles veut se doter, d'ici à 2002, d'un système informatique intégralement modernisé et apte à gérer l'euro. Cette priorité mobilisera l'ensemble des ressources humaines du service informatique.