Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2003 : Tourisme

 

C. BILAN DES FORMATIONS DISPONIBLES

Les formations aux métiers du tourisme en France

La formation initiale

Chaque année, 50.000 personnes environ sont issues de la filière de la formation initiale dans le secteur de l'hôtellerie, de la restauration et du tourisme.

Les formations de l'Education nationale

Le CAP (niveau V) prépare à l'exercice de métiers précis : cuisinier, employé de restaurant, et aux divers métiers inhérents au secteur de l'hébergement et aux activités des cafés et brasseries.

Le BEP prépare à un ensemble d'activités (cuisine, service, restaurant, hébergement).

La préparation du CAP et du BEP suppose 2 ans d'études après les classes de 3e.

- Il existe deux baccalauréats (niveau IV) dans les domaines de la restauration et de l'hôtellerie : le « Bac professionnel » restauration et le Bac technologique hôtelier. Les mentions complémentaires (MC) : employé, barman, employé sommelier, employé traiteur supposent un an d'études après le BT hôtellerie ou le « Bac pro » restauration.

- Deux BTS (bac + 2, niveau III) existent. Le BTS tourisme-loisirs a deux options possibles en seconde année, l'option conception-commercialisation et l'option accueil-animation. Ce BTS date de 1989 et a été réformé en 2001. Le BTS hôtellerie-restauration comprend également deux options en seconde année : mercatique et gestion hôtelière et art culinaire, art de table et du service.

Selon le décret du 15 avril 1989, il est à noter que tout diplôme national ou d'Etat sanctionnant un cycle de deux années d'études supérieures ouvre l'accès à l'examen de guide interprète régional.

Au niveau III, sont délivrés différents diplômes universitaires (DU) et diplômes d'études universitaires professionnalisées (DEUP) orientés par exemple vers la connaissance et l'exploitation du patrimoine ou la gestion d'équipements touristiques. Il existe également certains diplômes d'études universitaires scientifiques et techniques (DEUST), par exemple un DEUST des métiers de la culture, avec une option tourisme culturel en seconde année. Des formations aux métiers du tourisme et des loisirs dispensés par l'AFPA existent au même niveau. Par exemple : la formation de responsable d'équipement touristique ou d'assistant de développement touristique.

Au niveau II (bac + 3), il y a différentes licences orientées vers l'hôtellerie-restauration et souvent préparées par de futurs professeurs de lycées professionnels et techniques. Il existe également plusieurs maîtrises de sciences techniques (MST) dans les domaines de l'hôtellerie-restauration et du tourisme.

Au niveau I (bac + 5), sont délivrés différents diplômes d'études supérieures spécialisées (DESS), magistère et diplômes universitaires de troisième cycle, consacrés à l'hôtellerie internationale, au tourisme européen, aux industries du tourisme.

Les formations en alternance

- L'apprentissage connaît un succès croissant dans le secteur tourisme-hôtellerie-restauration. En quatre ans, le nombre des contrats d'apprentissage a progressé de près de 30 %.

Le contrat de qualification est un contrat de travail signé entre l'employeur et l'employé et comporte en alternance une formation théorique et une formation acquise par l'exercice d'une activité professionnelle. C'est un dispositif qui s'adresse à un public de jeunes de 16 à 25 ans sans qualification ou ayant une qualification inadaptée, et leur permet d'obtenir une qualification sanctionnée par un diplôme, un titre homologué, une qualification reconnue par une convention de branche ou par un certificat de qualification professionnelle (CQP) validé par les partenaires sociaux. Dans le secteur de l'hôtellerie-restauration, il existe trois CQP : agent de restauration, employé d'étage et réceptionniste.

La formation continue

Le taux d'accès à la formation continue demeure relativement bas dans l'ensemble des métiers du tourisme. Il est de 18,6 % pour le secteur hôtellerie-café-restauration contre 33 % pour l'ensemble des secteurs. Dans les PME, les salariés peuvent rencontrer des difficultés à se libérer et se déplacer pour suivre à l'extérieur un cycle de formation continue. Dans les grandes entreprises, la formation continue peut être suivie à l'intérieur de l'entreprise et de nombreux groupes ont créé des centres de formation continue.

Pour de nombreux professionnels, le passage par un cycle de formation continue est une condition pour rester compétitif dans un secteur de plus en plus concurrentiel.

Dans le secteur HCR, le brevet professionnel (cuisinier, restauration, sommelier) est un diplôme préparé uniquement en formation continue.

Il existe de nombreux organismes de formation continue, spécialisés ou non, parmi lesquels : l'AFPA (Association pour la formation professionnelle des adultes), les GRETA (Groupements d'établissements scolaires), l'IFAV (Institut de formation des agences de voyages), l'UNIFHORT (Union nationale des instituts de formation pour hôtellerie, restauration, tourisme...).

La valorisation des filières de formation

Dans le secteur de l'hôtellerie-restauration

Les métiers de l'hôtellerie-restauration souffrent d'une mauvaise image chez les demandeurs d'emploi, en particulier chez les jeunes, et chez les prescripteurs (ANPE, centres d'information et d'orientation...). En 1999, la direction du Tourisme a soutenu des actions d'information souhaitées par les professionnels auprès des jeunes et des prescripteurs.

Pour le programme Nouveaux services emplois-jeunes

Les recrutements sur des nouveaux métiers ont conduit en 1999 à réfléchir à de nouveaux référentiels de formation permettant de professionnaliser les jeunes et de valoriser les métiers du tourisme. Il faut noter que le tourisme représente un peu plus de 3 % des emplois créés (environ 5.000 emplois depuis octobre 1997).

Source : secrétariat d'Etat au tourisme.