Allez au contenu, Allez à la navigation



Proposition de loi portant création d'une première année commune aux études de santé et facilitant la réorientation des étudiants

 

b) Un concours commun à trois filières

La première année du premier cycle des études médicales (PCEM) est commune et obligatoire pour les trois filières de professions médicales : médecine, odontologie et sage-femme.

La spécificité de ce cursus est que cette première année est sanctionnée par un concours commun pour ces trois filières mais particulier à chaque unité de formation et de recherche (UFR). Seule la réussite à ce concours permet de poursuivre les études dans une des trois filières.

c) Un nombre de places limité par le numerus clausus

Le nombre de postes ouverts au concours dans chaque filière est contingenté par un numerus clausus fixé annuellement par arrêté commun du ministre de la santé et du ministre chargé de l'enseignement supérieur, et décliné pour chaque UFR (en application de l'article L. 631-1 du code de l'éducation).

On le sait, le niveau du numerus clausus a subi des « coups d'accordéon ». Compte tenu de l'évolution de la démographie des professions concernées, il augmente progressivement depuis quelques années.

Ainsi, celui de médecine est passé de 7 000 en 2006 à 7 100 en 2007. En 2008, il a été fixé à 7 300 pour les études de médecine, 3 090 pour les études de pharmacie, 1 047 pour les études d'odontologie et 1 015 pour celles de sage-femme.

S'il n'appartient pas à votre commission de trancher la question du niveau pertinent du numerus clausus, votre rapporteur rappelle cependant tout l'intérêt du rapport du doyen Berland sur la démographie médicale et la nécessité d'évaluer régulièrement l'évolution des besoins. Il relève, par ailleurs, que le Conseil de l'Ordre des médecins estime que ce numerus clausus devrait être porté à 8 000 si l'on veut maintenir une couverture médicale satisfaisante en 2020 sur notre territoire.

d) La procédure de classement

Les candidats sont classés par ordre de mérite en fonction du total général des notes obtenues à l'ensemble des épreuves communes et spécifiques aux trois filières, dans la limite du nombre maximum de places fixées pour chacune d'entre elles.

Les étudiants admis peuvent, en fonction de leur rang, choisir de s'orienter vers l'une ou l'autre des trois filières. Dans les faits, les derniers se voient attribuer les places disponibles et les choix s'effectuent par conséquent trop souvent par défaut plutôt que par souhait véritable.

Le concours se déroule généralement en deux phases : une série d'épreuves en janvier et une deuxième en mai ou juin. Elles peuvent notamment comporter des QCM (questions à choix multiples), des QROC (questionnaire à réponse ouverte courte), des exercices ou des questions rédactionnelles.

Précisons que ne peuvent figurer sur la liste de classement les étudiants qui obtiennent une note inférieure à 5 sur 20 dans plus de deux modules.