Allez au contenu, Allez à la navigation

Projet de loi de finances pour 2020 : Sécurités (Sécurité et éducation routières)

21 novembre 2019 : Budget 2020 - Sécurités (Sécurité et éducation routières) ( rapport général - première lecture )

B. LES DÉPENSES DE COMMUNICATION FONT L'OBJET D'UNE BUDGÉTISATION EN HAUSSE MAIS L'EFFORT DE SINCÉRITÉ DOIT ETRE POURSUIVI

1. L'effort de sincérité budgétaire constaté depuis 2018, n'est pas suffisamment maintenu en 2020

Depuis 2014, les dépenses de communication sont relativement stables, elles oscillent entre 18 et 20 millions d'euros selon les années, et malgré une budgétisation encore inférieure à l'exécution constatée, elles sont en voie de convergence avec les dépenses prévisionnelles.

Ainsi alors qu'en 2017 seuls 9,84 millions d'euros étaient budgétés (3 millions sur le programme 751 et 6,84 millions sur le programme 207), l'effort de sincérité budgétaire s'est depuis nettement amélioré puisque 15,8 millions ont été budgétés dans le projet de loi de finances pour 2020 (7,8 millions d'euros sur le programme 207 et 8 millions d'euros sur le programme 751 du CAS « Radars »).

Néanmoins cet effort doit être finalisé, les dépenses prévisionnelles étant d'au moins 18 millions d'euros, il conviendrait d'inscrire les crédits correspondants.

2. En 2019, une stratégie de communication centrée sur les risques de l'usage du téléphone au volant et les dangers des routes du quotidien

En 2019, la stratégie de communication de la Sécurité routière a été axée sur les conséquences de l'usage du téléphone au volant et sur les risques qui existent aussi lorsque le conducteur emprunte les routes du quotidien.

L'information sur les dangers de la consommation d'alcool et de stupéfiants au volant a également fait l'objet de plusieurs campagnes de communication.

Enfin la Sécurité routière s'appuie sur de nombreux relais (entreprises, assurances, associations, services déconcentrés de l'État...) afin de renforcer l'efficacité de ses messages.

Les actions menées en 2019

En 2019, les thématiques des campagnes ont été déterminées par l'analyse de l'accidentalité effectuée par l'ONISR en 2018 et par l'actualité réglementaire en matière de sécurité routière.

Les grands facteurs d'accidentalité et les populations les plus touchées restent les cibles de la communication de la sécurité routière : la thématique de l'alcool au volant dans son volet « grand public », les jeunes et l'alcool (promotion de « Sam, le conducteur désigné »), la vitesse (première cause de mortalité), les deux roues motorisées, le risque « distracteur au volant ».

En accompagnement de l'entrée en vigueur de la mesure 13 du CISR du 9 janvier 2018, qui prévoit que le permis sera retenu lorsque le conducteur tient son téléphone en main et commet en même temps une infraction menaçant la sécurité d'autrui, une nouvelle campagne d'affichage « Sur la route, le téléphone peut tuer » a été diffusée à partir du 2 avril 2019, avec des messages mettant en évidence la futilité de l'usage au regard du risque encourue : « Cela valait-il le coup de lire ce message ? » ou « Vous direz à sa famille que vous deviez absolument lire ce mail ».

Une campagne digitale « La route de ma vie » a été lancée le 13 février 2019 afin de sensibiliser les jeunes sur les risques de la route, notamment les routes de proximité, et sur l'horreur des accidents, à travers l'expérience d'un jeune pompier.

Source : réponse au questionnaire budgétaire

3. Pour 2020, des actions de communication inédites centrées sur l'inclusion du citoyen

Les réponses apportées au questionnaire budgétaire traduisent une volonté de rupture dans la politique de communication qui sera menée en 2020, par rapport à 2019, en positionnant la sécurité routière non seulement comme une responsabilité individuelle mais aussi en tant que valeur partagée et mobilisatrice.

Principales actions prévues pour 2020

Ces campagnes placeront les citoyens dans une posture de volontariat et devront les inciter à la prise d'initiative individuelle.

Le lancement de cette nouvelle communication, début 2020, s'appuiera sur un principe de reconnaissance des efforts réalisés par les Français avec une nouvelle signature rompant avec l'autorité antérieure au bénéfice de la cohésion et de l'inclusion. Elle positionnera la sécurité routière comme une valeur davantage en résonance avec les aspirations de nos concitoyens, aujourd'hui, à plus de solidarité, de fraternité, à leur souhait et croyance de pouvoir réaliser de grandes choses en se mobilisant.

Des partenariats seront renforcés et de nouveaux actionnés autour de cette nouvelle stratégie comme :

- Les collectivités (déclinaison des campagnes, mise à disposition de campagnes pérennes libres de droits, mobilisation via les coordinateurs sécurité routière des préfectures),

- Les employeurs privés et publics,

- Les marques (identification des marques qui peuvent avoir un engagement en matière de sécurité routière, accompagnement dans la communication...),

- Le sport (intégration du risque routier au sein des fédérations et associations sportives, prévention active auprès des encadrants et des licenciés...),

- Les acteurs de l'innovation (amplification du rayonnement du Prix Innovation et du Challenge Innovation, présence accrue au sein d'événements liés à l'innovation : Viva Technology...),

Etc.

Source : réponse au questionnaire budgétaire