Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information


Retour Sommaire Suite
c) La mécanisation de l'agriculture s'est développée tardivement en France

C'est seulement, en effet, à partir de 1900 que le phénomène prend une certaine ampleur. Si une enquête réalisée en 192917(*) permet de mettre en évidence une utilisation quasi-généralisée de la moissonneuse-lieuse, des faucheuses à barre de coupe et des charrues et brabants, le tracteur reste discret avec un nombre de 27.000 unités.

Il faudra attendre 1954 pour voir véritablement se développer la motorisation de l'agriculture grâce au plan Marshall.

En 1980, la phase de premier équipement est pratiquement terminée sur l'ensemble du territoire.

Ainsi la modernisation de l'agriculture et le développement de ses performances n'ont pu se faire que grâce à l'essor de la mécanisation, aux dépens de l'utilisation des animaux. Au total, il y avait quelque 5 millions de bêtes de travail en 1950 et moins de 150.000 tracteurs pour 33,5 millions d'hectares de surface agricole utilisée ; en 1990, les animaux avaient disparu et, aujourd'hui, moins de 1,5 million de tracteurs suffisant largement pour entretenir 30 millions d'hectares. Les chevaux, mulets et ânes ont connu l'évolution à la baisse la plus spectaculaire. On en comptabilisait 2,2 millions en 1950 ; vingt ans plus tard, il en restait moins de 500.000 et on en compte aujourd'hui 340.000. Cette évolution s'explique par l'abandon du bétail de trait. En 1950, les chevaux étaient sans doute très proches de 2 millions -la présence d'un cheval dans une exploitation étant très liée aux travaux agricoles- ramenés à 300.000 en 1970 et 13.000 environ en 1988. L'agriculture utilisait également les bovins comme " source d'énergie ". Evalués à 2,6 millions en 1950, les bovins de travail -des boeufs et des vaches- n'étaient plus que 35.000 vingt ans après et ont disparu aujourd'hui.

La puissance des tracteurs, outre leur nombre, est plus élevée : les engins de plus de 54 chevaux ont été multipliés par dix entre 1970 et 1990, alors que ceux de moins de 35 chevaux étaient divisés par près de quatre. L'effort de modernisation de l'agriculture française est encore plus net si l'on calcule le nombre de tracteurs pour 100 hectares de surface agricole utilisée : moins d'un engin en 1955 contre presque cinq en 1990.

Source : Agreste - Statistiques agricoles

Retour Sommaire Suite


Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli