Allez au contenu, Allez à la navigation

Les hélicoptères de l'armée de terre : situation et perspectives

10 juillet 2002 : Les hélicoptères de l'armée de Terre ( rapport d'information )

 

 

2. L'avancement de la livraison du NH 90 : une solution qui dépasse les possibilités budgétaires actuellement prévisibles

Mis à l'étude, l'avancement de la livraison du NH 90 n'a pas pu, jusqu'à présent être retenu.

Il s'agit là d'un problème purement financier, et non industriel. Le programme, mené en coopération internationale, doit entrer en phase d'industrialisation et l'armée de terre allemande touchera ses premiers NH 90 en 2004, 7 ans avant l'armée de terre française.

Sur le plan industriel, il serait possible de livrer l'armée de terre plus rapidement. Mais pour une livraison de 24 appareils dès 2007, il faudrait dégager sur la période de la prochaine loi de programmation un financement compris entre 650 millions et 1 milliard d'euros, selon qu' une partie seulement ou l'ensemble du programme serait avancé de 4 ans.

Cet effort n'est pas à la portée de l'armée de terre dans l'état actuel de son budget. Au niveau interarmées, les sommes en jeu impliqueraient sans doute un arbitrage au détriment d'autres programmes majeurs.

3. Une rénovation limitée du parc Puma

La rénovation d'une partie du parc Puma est envisagée.

Plusieurs options sont à l'étude.

Une valorisation a minima consisterait à mettre les appareils concernés aux standards de navigation actuels, en matière de moyens d'identification et de radiocommunications, afin d'assurer leur interopérabilité avec des forces alliés et leur intégration dans l'environnement opérationnel prévisible de ces prochaines années. En outre, ces Puma valorisés seraient dotés d'un système d'autoprotection qui leur fait défaut aujourd'hui.

Une option intermédiaire consisterait à compléter les opérations précédentes par une modernisation de l'avionique du Puma.

Enfin, une rénovation plus lourde inclurait une modification de la motorisation, ainsi qu'un dispositif infrarouge pour le pilotage de nuit.

En toute hypothèse, un peu moins de la moitié du parc de Puma, soit environ 45 appareils au maximum, ferait l'objet d'une rénovation.

L'ampleur de cette rénovation ne semble pas aujourd'hui définitivement arrêtée. Il semblerait qu'il soit prévu de lui réserver une enveloppe d'un peu moins de 140 millions d'euros.

Il y a lieu de bien peser les avantages et les inconvénients de cette solution. La rénovation des Puma est un palliatif, pour une partie des appareils seulement. Elle n'évite pas une perte de capacité évaluée, selon certains des interlocuteurs de votre rapporteur, à 30% par rapport à la capacité actuelle. Elle mobilisera un volume de crédits non négligeable pour un appareil qui restera ancien, à la durée de vie limitée, et dont le taux de disponibilité restera sans doute insatisfaisant.