Allez au contenu, Allez à la navigation



Le fonds de soutien à l'expression radiophonique locale

 

B. IMPACT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE DES RADIOS

Selon l'enquête réalisée par la DSEDM, les ressources totales du secteur sont passées de 35,8 M€ en 1994 à 57,1 M€ en 2001, soit une augmentation de 60 %.

Le rapport entre subventions publiques et recettes privées est resté globalement le même (63 % - 37 %), mais les répartitions internes se sont modifiées : le poids relatif du FSER est passé de 37 % à 34 % ; les aides à l'emploi ont progressé de 14,7 % à 19,3 %. Selon cette même enquête, les collectivités locales apportaient en 2001 6,2 % du budget du secteur, soit 1,2 point de moins qu'en 1994.

Evolution des ressources moyennes par radio entre 1994 et 2001

 

Ressources totales

Total

subv. publ.

FSER

Aides à l'emploi

Collect

Locales

Autres subv

Recett. Privées

Pub.

Dons

Autres ress.

1994

35,8 M€

63 %

37,50 %

14,70 %

7,40 %

3,40 %

37 %

2,70 %

18,60 %

15,70 %

2001

57,1 M€

62,30 %

34,10 %

19,30 %

6,20 %

2,70 %

37,7  %

3,30 %

19,30 %

15,10 %

Source : FSER, DSEDM

Ce constat recouvre des situations très différentes d'une catégorie de radio à l'autre : ainsi, si on met à part les radios confessionnelles (32 % de subventions publiques dans le budget), les autres sont financées aux trois quarts par les subventions publiques (à hauteur de 74 % pour les radios généralistes de proximité, de 75 % pour les radios communautaires ou de 85 % pour les radios municipales). Il en est de même si l'analyse est affinée en fonction des budgets : les subventions publiques représentent les trois quarts des ressources pour les radios dont le budget est inférieur à 120 K€ ; pour ces radios, le FSER représente environ la moitié de leurs ressources. L'annexe 4 comprend plusieurs tableaux distinguant les ressources des radios et la situation de l'emploi en fonction de la catégorie et en fonction du budget des radios.

Cependant, la part globale des subventions dans l'ensemble des ressources des radios n'a pas augmenté. En sens inverse, les recettes publicitaires restent marginales, même si leur part augmente légèrement (de 2,7 à 3,3 %). Elles ne sont supérieures à 10 % des produits d'exploitation que pour une soixantaine de radios, qui perçoivent à elles seules la moitié des recettes publicitaires du secteur.

Enfin, l'emploi dans les radios locales a diminué sur la période, aussi bien du côté des emplois permanents que de celui des emplois aidés, alors même que la part des aides à l'emploi dans le budget des radios a augmenté. Ce point mérite d'être souligné dans la perspective de la refonte des majorations et de ce qui pourrait être dans l'avenir une aide au projet radiophonique.

 Evolution de l'emploi dans les radios associatives (1994-2001)

En ETP

Emploi moyen

Salariés permanents

Emplois aidés

1994

4,2

1,7

2,5

2001

3,5

1,3

2,2

Source : FSER, DSEDM

Au total, l'évolution du secteur radiophonique local ne permet pas de conclure à un accroissement de la dépendance des radios vis-à-vis de l'argent public et, en particulier, vis-à-vis des aides du FSER : la situation est assez stable dans le temps, la part du FSER ayant même tendance à décliner légèrement. Cependant, les radios locales restent encore dépendantes, pour deux tiers de leurs ressources, des subventions publiques. C'est le cas, en particulier, des radios généralistes de proximité qui forment le «gros des troupes » du secteur radiophonique local (317 radios en 2001).