Allez au contenu, Allez à la navigation



Inde : un géant en apprentissage

 

C. DE TRÈS IMPORTANTES INÉGALITÉS ENTRE RÉGIONS

Les principaux facteurs de discriminations présentés ci-dessus s'inscrivent par ailleurs dans une opposition géographique entre des zones dynamiques et d'autres nettement moins développées, qui cumulent les handicaps sociaux.

En dressant à grands traits le tableau de ces oppositions géographiques, on peut opposer, d'une part, les régions côtières, auxquelles s'ajoute, en raison de son statut particulier de capitale, New Delhi ; et, d'autre part, les régions périphériques ou intérieures et en particulier l'ensemble « BIMARU », qui regroupe les quatre Etats du Bihar, du Madhya Pradesh, du Rajasthan et de l'Uttar Pradesh.

Les régions en retard concentrent la pauvreté (les quatre Etats BIMARU regroupent ainsi la moitié des pauvres indiens) et sont ceux dans lesquels ont constate à la fois les ségrégations traditionnelles envers les femmes ou les basses castes les plus vivaces, des taux d'alphabétisation faibles et un stade encore peu avancé de la transition démographique. Cela explique que ces régions seront aussi, dans les décennies à venir, les principales sources de la croissance démographique, ce qui renvoie naturellement à la question de l'exode rural.

Si l'opposition entre deux réalités d'un même pays est géographiquement moins nette qu'en Chine, où l'on peut opposer la bande côtière au reste du pays, elle provoque néanmoins un contraste saisissant dû notamment à la plus grande pauvreté de l'Inde20(*).

* 20 A titre d'exemple, on peut relever ainsi qu'alors que dans l'Etat du Kerala, l'espérance de vie est supérieure à 70 ans depuis 1990, elle reste inférieure à 60 ans dans les Etats BIMARU.