Allez au contenu, Allez à la navigation



La défense antimissile balistique : bouclier militaire ou défi stratégique ?

6 juillet 2011 : La défense antimissile balistique : bouclier militaire ou défi stratégique ? ( rapport d'information )
b) Développements possibles

Pour acquérir une réelle capacité de défense antimissile le SAMP/T doit être couplé à un radar de veille capable de détecter la menace le plus en amont possible et ensuite de passer la main au radar de conduite de tir Arabel. Pour l'instant, un tel radar de surveillance n'existe pas dans les forces françaises. La société Thales a conçu depuis longtemps le projet d'un radar idoine : le radar GS 1000.

Ce radar à antenne fixe et balayage électronique serait dédié à la défense antimissile. Il serait susceptible de pouvoir détecter des menaces balistiques de l'ensemble de la gamme courte portée. Il permettrait une désignation d'objectif précise pour le SAMP/T et ses évolutions potentielles, à la fois pour l'acquisition et la conduite de tir. Mais ce programme n'a toujours pas été lancé. Son développement et son coût devraient être limité 220 millions d'euros pour deux radars déployables et intégrés.

Si la France ne décidait pas de réaliser le radar GS 1000, le SAMP/T pourrait néanmoins être intégré au sein de l'architecture de l'ALTBMD. Par le biais de cette architecture, il devrait avoir accès à des informations de désignation d'objectif issues des radars étrangers : le radar des frégates Aegis américaines, le radar américain AN/TPY2, le radar des frégates ADCF néerlandaises, le radar italien TPS77, etc.

Si l'interopérabilité est assurée au travers du programme ALTBMD, il n'est pas garanti que l'association radars de surveillance, radars de désignation d'objectif et missile Aster 30 Block 1 du SAMP/T soit optimisée. Une véritable optimisation nécessite d'être travaillée dès la conception des systèmes entre systémiers, radaristes et missiliers. Garantir l'interopérabilité d'éléments du système conçus et développés indépendamment, ce qui est le cas du SAMP/T et des radars de surveillance étrangers, implique une transparence totale et un échange de toutes les caractéristiques de performance. La DGA a donc prévu de lancer cette année une étude technique pour évaluer le degré de flexibilité sur la qualité de la désignation d'objectifs admissible par le SAMP/T.