Allez au contenu, Allez à la navigation



Perturbateurs endocriniens, le temps de la précaution

12 juillet 2011 : Perturbateurs endocriniens, le temps de la précaution ( rapport de l'opecst )

B. PRÉVENIR

En matière de perturbateurs endocriniens, on peut affirmer qu'il ne sera pas possible ni rapidement ni à moyen terme de disposer de certitudes scientifiques absolues.

Votre rapporteur estime donc qu'il convient de se prononcer dans la limite des connaissances acquises qui sont suffisantes pour chercher à limiter l'exposition des personnes les plus à risque.

1. Une exposition généralisée
a) Une imprégnation générale de la population

L'imprégnation de la population à certains produits chimiques est susceptible de poser question.

Aux États-Unis, on retrouverait du Bisphénol A dans les urines de 92,6 % de la population avec des concentrations plus importantes chez les femmes que chez les hommes, les prématurés que les autres enfants (d'un facteur 8), les faibles revenus que les hauts. On en trouverait également dans le sang, le cordon ombilical et le placenta.

En matière de phtalates, 97 % de la population américaine en aurait dans ses urines et ils seraient systématiquement présents dans le lait maternel au Danemark et en Finlande.

Cette situation est le résultat du mode de vie et de consommation ainsi que des produits utilisés chaque jour dans notre quotidien. C'est une exposition involontaire, subie et très difficilement maîtrisable.

b) L'enfant et la femme allaitante exposés au Bisphénol A

L'exposition du jeune enfant et de la femme allaitante au Bisphénol A est assez bien connue aujourd'hui en raison des nombreux travaux qui ont été effectués sur la question et qui ont abouti au retrait des biberons en contenant.

Ainsi, il a pu être démontré que les biberons pouvaient relâcher une quantité non négligeable de Bisphénol A lorsqu'ils étaient chauffés, ce phénomène s'accroissant avec le vieillissement du plastique, notamment du fait de l'action de détergents lors du lavage (en ug/l) :

Cité par F. Chast, 2011.

Ces résultats faisaient craindre une surexposition des nourrissons s'alimentant uniquement par ce mode. Les autorités de plusieurs pays, puis européennes ont décidé de supprimer ces biberons.

Mais à l'occasion de ce débat, est passée largement inaperçue la donnée selon laquelle, le lait maternel contenait du Bisphénol A dans des proportions assez proches :

Cité par F. Chast, 2011

Lors de leur audition, Mmes Simone Puiseux-Dao, Marie-Chantal Canivenc et M. Marc Edery ont eux aussi souligné cette imprégnation et ont comparé les données disponibles sur les différents types de lait à l'intention des jeunes enfants (en ug/l) :

Types de lait

Phyto-oestrogènes

BPA

Phtalate (DEHP)

Maternel occidental

1,4 à 2,8

0,62

50 à 300

Maternel asiatique

8 à 14

-

-

Vache

2,1 à 3,2

2 à 13

0 à 155

Soja

20 à 50

-

-

Maternisé

-

10 à 50

6,9

Il est bien évident que ces données suscitent des interrogations. S'il n'était sans doute pas vain de proposer la disparition des biberons contenant du Bisphénol A, cette mesure n'est clairement pas suffisante pour atteindre l'objectif de protection durant la période périnatale.