Allez au contenu, Allez à la navigation

21 octobre 1997 : Sauver La Poste : devoir politique, impératif économique ( rapport d'information )

 


Retour Sommaire Suite

II. NOTRE OPÉRATEUR NATIONAL DOIT S'ADAPTER AUX ÉVOLUTIONS DU MONDE POSTAL

La Poste doit même mener une stratégie prospective et dynamique en matière d'alliances internationales, afin de préparer un avenir conquérant et porteur d'emplois pour la collectivité nationale. Mais cette stratégie doit s'inscrire dans un plan de bataille beaucoup plus large.

En effet, une certitude s'impose : La Poste doit impérativement mettre à profit le délai de cinq ans que les responsables politiques lui ont ménagé lors de la négociation de la proposition de directive postale, pour s'adapter à un monde postal en évolution rapide139(*).

Mais, l'opérateur public ne saurait relever seul ce défi et sa survie constitue un impératif pour le pays tout entier. Il relève d'une responsabilité collective. C'est pourquoi, la Nation doit l'accompagner dans ses efforts et lui donner les moyens de sa réussite.

A. IL DOIT RÉPONDRE À L'APPEL DU MARCHÉ MONDIAL

Le domaine de l'international est devenu un enjeu de taille pour La Poste, qui lui impose de développer une stratégie ambitieuse d'alliances internationales.

1. Un objectif : le développement à l'international

L'activité internationale du groupe Poste ne représente pour l'instant qu'un peu moins de 5 % de son chiffre d'affaires total (soit 3,8 milliards de francs en 1995).

Mais, en ce domaine, l'adage classique : " l'arbre cache la forêt " trouve à s'appliquer et ce résultat assez modeste ne doit pas cacher l'enjeu majeur que représente dorénavant l'activité internationale pour l'opérateur public. Plusieurs raisons à cela :

- en premier lieu, la réduction du champ des monopoles au sein de l'Union européenne ne constitue pas qu'une menace pour La Poste. Elle représente aussi pour elle l'opportunité de prendre pied hors de nos frontières ;

- en deuxième lieu, les marchés des courriers et colis internationaux sont dopés par le mouvement de mondialisation des échanges.

Rappelons que le courrier mondial transfrontières est estimé à 60 milliards de francs, dont 50 % pour le seul marché européen. Il a connu une progression annuelle de 2,20 % de 1992 à 1995.

Le marché de la messagerie européenne représente, quant à lui, 225 milliards de francs. Il progresse grâce à la croissance du monocolis, même si les expéditions (plus de 30 kgs) connaissent une évolution moins favorable ;

- enfin, La Poste se doit de suivre ses grands clients à l'étranger, ne serait-ce d'ailleurs que pour ne pas les perdre sur le marché domestique.

Pour profiter de la progression de ces marchés internationaux, La Poste devrait s'engager plus franchement hors des frontières de l'Hexagone et adopter une stratégie d'alliances adéquate.

Retour Sommaire Suite