Allez au contenu, Allez à la navigation



Les nouvelles technologies de l'information

 

Audition d'Abdallah HITTI

Directeur général de KLELine

Résumé : KLELine est une société financière de commerce électronique, seule au monde à avoir mis au point un système de paiement sécurisé sur réseau ouvert ; sorte de banque à distance autorisée, ses compétences ne s'arrêtent pas là : elle offre un service complet de préparation des écritures comptables générées par le commerce électronique en vue de leur intégration dans la comptabilité de l'entreprise ; forte de son succès, elle formule certaines propositions très concrètes visant, d'une façon générale, à développer l'utilisation d'Internet par les entreprises, et à promouvoir le commerce électronique, d'ou découlent des propositions de mesures incitatives fortes à l'endroit des Universités et des banques ;

1. KLELine est une société financière de commerce électronique au sens concret du terme, c'est-à-dire que nous faisons du commerce électronique, et depuis deux ans maintenant ; nous sommes spécialisés dans le service de paiement sécurisé sur réseau ouvert ; nous avons mis en place un portefeuille virtuel qui s'appelle KLEBOX ; il est la somme de deux choses : un porte-monnaie et un porte-cartes pour les paiements directs par carte bancaire ou de crédits ; le porte-monnaie est limité à 500 francs en solde et en transactions, on peut bien entendu multiplier le nombre de transactions ; c'est un système multi-devise, on peut donc ouvrir un porte-monnaie en francs, en dollars ou en devises ; ce système utilise le multi-linguisme : il parle d'entrée de jeu six langues ; une personne habitant en France peut ouvrir un porte-monnaie en Espagnol et payer en Yens ;

KLELine est devenue une société financière à la demande de la Banque de France avec le statut suivant : le compte technique de l'avoir sans obligation de preuve ; ce compte est déposé dans une banque française et le total des sommes de 500 francs multiplié par le nombre de porte-monnaies y est déposé ;

Notre service ne s'arrête pas là : nous avons pensé que pour développer le commerce électronique, les marchands doivent être rassurés, d'où le statut de société financière ; les clients sont rassurés par le fait que leur numéro de carte ne circule pas sur Internet lors d'un acte d'achat car il est déposé à la banque ; il y a tout de suite eu une forte demande des marchands qui demandaient de l'aide dans toute la partie fiscale et comptable : on a donc mis en service une sorte d' »arrière-boutique » qui retraite tous les soirs l'ensemble des transactions faites sur Internet en préparant les bons de commande, les factures, en calculant les taux de change en vigueur pendant les transactions, les relevés de comptes, etc...

Bref, un vrai service complet de préparation des écritures comptables générées par le commerce électronique en vue de leur intégration dans la comptabilité de l'entreprise ; S'ajoute à cela un service dédié à la protection des droits d'auteur : tout document, toute musique, tout jeu, tout film vidéo acheté auprès d'un marchand partenaire de KLELine et payé par KLELine contient une sécurité permettant, au bout du compte, que les ayants droit soient payés ; ce système est très apprécié de grands quotidiens car il permet le micro-paiement à trois ou cinq francs, mais également de protéger les journalistes, les photos publiées dans la presse,...Nous sommes les seuls au monde à avoir mis au point un service complet de paiement sécurisé depuis septembre 1996 : nous avons actuellement 51 marchands opérationnels ; au niveau des personnes utilisant la carte, on commence à voir leur comportement : ils déposent dans le porte-monnaie un solde moyen de 270 francs, alors que le minimum est de 100 francs ; et l'acte d'achat « micro-paiement » est d'en moyenne six francs, constaté et stable depuis trois mois ; la tendance des consommateurs nous convient très bien : ils font 5,76 actes par mois alors que nous en avions prévus trois ; nous sommes donc un service de banque à distance autorisé spécialisé dans le Commerce Electronique;

Le service KLELine est un service à valeur ajoutée : on a des partenaires dans le monde entier et, au niveau français, on a dix-neuf sociétés que l'on peut référencer comme partenaires - installateurs ; donc, autour de KLELine, 22 personnes en terme d'effectif, nous avons généré 150 emplois totalement nouveaux dans l'infographie, dans l'installation et la mise en place ; nous équipons donc les marchands ; le nerf de la guerre, ce sont les commissions que nous prenons sur les transactions : elles sont de 2 à 4% sur les paiements par cartes, et de 6 à 15% sur le reste ; mais ce sont surtout les services divers qui rémunèrent ;

2. Les attentes de KLELine pour le commerce électronique : il faut,

Encourager les initiatives des marchands pour exposer leurs Informations, Biens et Services (IBS) sur Internet. Pour certains d'entre eux, il s'agit d'utiliser Internet comme un media puissant et original d'un IBS qu'ils ont déjà via le Minitel ;

Résoudre collectivement le problème de l'expédition des BS, au niveau mondial. C'est une opportunité pour La Poste ;

Valider le modèle fiscal de KLELine en le faisant adopter par les autorités fiscales et douanières. Prix HT + TVA (si applicables) = prix TTC + fret + assurances + divers = prix rendu. Le modèle a l'avantage de résoudre le problème de la fiscalité et des taxes locales dans le pays de livraison ;

Adopter l'identifiant universel du produit acheté sur Internet ; cet identifiant universel comporte le numéro de la transaction et le serveur d'intermédiation qui l'a généré. Ceci facilitera les contrôles douaniers et accélérera la circulation des Biens.

Inciter les organismes bancaires à financer les initiatives de commerce électronique : au niveau des collectivités locales, des villes numérisées, des centres commerciaux réels adossés à des centres commerciaux virtuels et des entreprises de toute taille.

Encourager les Universités à créer un IUT pour le commerce électronique où l'ensemble des connaissances requises seront enseignées : la technique des réseaux ouverts, le commerce, la fiscalité, le paiement sécurisé, la comptabilité du commerce électronique ;