Allez au contenu, Allez à la navigation



 



Retour Sommaire Suite

3. Le développement des ZEP

Alors que 362 ZEP ont été créées au cours de l'année 1982-1983, on dénombrait 563 zones d'éducation prioritaire en 1997, dont 530 en France métropolitaine.

Les académies les plus concernées par leur développement sont celles de Lille (64), Bordeaux (34), Nancy-Metz (34), Aix-Marseille (31), Lyon (31) et Créteil (25).

Les 563 zones d'éducation prioritaires regroupent ainsi 5145 écoles, 721 collèges, 97 lycées professionnels et 39 lycées d'enseignement général et technologique.

1,2 million d'élèves y sont scolarisés, soit près de 9,5 % des effectifs de l'enseignement scolaire.

Leur répartition est la suivante :

- 730.000 élèves dans 5.318 écoles ;

- 380.000 élèves dans 724 collèges ;

- 41.000 élèves dans 106 lycées professionnels ;

- 28.000 élèves dans 37 lycées d'enseignement général et technologique.

Ces effectifs sont inégalement répartis : les élèves des ZEP ne représentent que moins de 5 % des élèves des collèges ruraux mais cette proportion atteint près de 25 % dans les villes de plus de 100.000 habitants.

Cette répartition varie également selon les régions : l'académie de Clermont-Ferrand ne compte que 5,5 % de ses collégiens en ZEP alors que celle de Rouen en comporte 26,4 %.

Enfin, 76.400 personnels enseignants et de direction exercent leurs fonctions dans les ZEP.

4. Les moyens spécifiques attribués aux ZEP

Il convient de souligner que les crédits pédagogiques en ZEP sont 2,7 fois plus élevés que dans l'ensemble des autres établissements.

Les enseignants, les personnels de direction et d'éducation qui y exercent perçoivent une indemnité de sujétions spéciales et bénéficient de bonifications dans les barèmes de mutation et d'un avantage spécifique d'ancienneté.

Enfin, des postes supplémentaires sont attribués pour assurer un encadrement adapté à la spécificité du public scolaire et alléger les effectifs par classe.

Retour Sommaire Suite