Allez au contenu, Allez à la navigation



 



Retour Sommaire Suite

5. Les établissements sensibles

Les établissements sensibles sont des collèges et des lycées confrontés à des problèmes de violence qui créent un climat d'insécurité, déstabilisent la communauté scolaire et compromettent la scolarité des élèves ainsi que l'action éducatrice des enseignants.

Environ 175 établissements répartis entre 20 académies et situés dans des quartiers défavorisés sur le plan social et économique sont classés en établissements sensibles.

Les mesures prises en faveur de ces établissements tendent à y renforcer la présence d'adultes pour améliorer le taux d'encadrement des élèves (adjoints au chef d'établissement, conseillers principaux d'éducation, maîtres d'internat et surveillants d'externat, personnels ATOS, appelés du contingent), à améliorer les conditions d'enseignement (horaire des enseignants majoré de deux heures, doublement du nombre des professeurs principaux) et à reconnaître les sujétions particulières d'exercice des personnels (nouvelle bonification indiciaire et surclassement des emplois de direction).

6. Un bilan contrasté

Conformément à la plupart des expériences de discrimination positive engagées dans différents domaines, la politique en faveur des ZEP présente un bilan contrasté.

a) Des résultats positifs

Dans un premier temps, les résultats obtenus dans les ZEP se sont traduits par une amélioration des performances scolaires des élèves, une réduction des retards scolaires en fin d'école élémentaire et en sixième et des orientations moins fréquentes vers les classes de niveau et les enseignements professionnels à la fin de la cinquième.

Ils s'accompagnaient également d'une amélioration du climat des établissements concernés, de meilleures conditions d'enseignement, d'une scolarisation plus développée des enfants de deux à trois ans, de classes moins chargées, d'une offre plus large en langues vivantes au collège, de la création de nouvelles sections de " bac pro " dans les lycées professionnels et d'un rattrapage du retard constaté dans les ZEP quant à la proportion d'élèves accédant au baccalauréat professionnel.

Retour Sommaire Suite