Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2011 : Enseignement scolaire

18 novembre 2010 : Budget 2011 - Enseignement scolaire ( avis - première lecture )
2. La réforme du lycée général : une modernisation bien engagée

Le principe moteur de la réforme du lycée général qui prolonge la rénovation de la voie professionnelle, engagée l'année passée, est l'élargissement de l'autonomie des établissements. Votre rapporteur partage la conviction que c'est en donnant le plus de marge possible aux équipes éducatives de terrain pour adapter l'organisation des enseignements dispensés que l'on s'adaptera le plus finement aux besoins des élèves. Dès la mutation de la classe de seconde opérée cette année, les établissements acquièrent une grande liberté pour le choix des enseignements d'exploration, l'organisation de l'accompagnement personnalisé et l'utilisation d'un volant de 10 heures hebdomadaires globalisées.

Il convient d'insister sur ce volant d'heures qui ne sont pas affectées a priori à une matière, puisqu'il permet de briser les logiques purement disciplinaires et de favoriser au contraire la réalisation de projets collectifs autour d'une équipe d'enseignants. L'objectif est de moduler les enseignements en fonction d'une ligne directrice propre à l'établissement et préparée au sein du conseil pédagogique. Il faut accompagner les chefs d'établissement et les enseignants afin d'éviter qu'il ne se prive de cette nouvelle faculté et vide la réforme de son sens en attribuant les heures globalisées sur le modèle des anciennes grilles horaires disciplinaires. Les premières remontées de terrain montrent une réelle appropriation de ce pan de la réforme par les chefs d'établissements qui devient plus que jamais le pilote de son équipe éducative. Des expérimentations novatrices ont été repérées par l'inspection générale de l'éducation nationale (IGEN) comme la modulation des horaires d'accompagnement personnalisé selon la période de l'année, l'attribution d'heures en fonction de projets transversaux, l'organisation de conférences rassemblant plusieurs classes, la variation des effectifs selon les modules ou l'organisation des enseignements d'exploration sur un semestre.16(*)

En outre, votre rapporteur se félicite que la réforme du lycée se traduise par un renforcement net de l'enseignement des langues vivantes, auquel est souvent consacrée une large part du volant de 10 heures globalisées. La mise en place de groupes de compétences et l'accent placé délibérément sur la pratique de la langue, plutôt que sur l'analyse de textes et l'approfondissement de la grammaire, témoignent d'une vraie rénovation pédagogique. D'ores et déjà, le mélange des élèves de LV1 et LV2 est acquis, ce qui permet de moduler les cours en fonction des compétences exigées des élèves plutôt qu'en fonction du nombre d'années qu'ils ont passé à apprendre une langue.

Si la réforme s'est mise en place rapidement et sans encombre en jetant les bases d'une authentique modernisation de l'organisation et de la pédagogie, il n'en reste pas moins qu'il faut encore progresser sur deux points : l'accompagnement personnalisé et les enseignements d'exploration. En effet, les enseignants se sentent démunis et laissés à eux-mêmes pour la conception et la mise en oeuvre pratique de l'accompagnement personnalisé. Une certaine vigilance sera de rigueur pour contenir le développement déjà en germe de pseudo-formations au « coaching » ou à la gestion du stress.17(*)

Votre rapporteur estime que les corps d'inspection doivent être mobilisés afin de fournir aux enseignants l'appui nécessaire pour diversifier leur approche de l'accompagnement, qui sombre parfois dans le rabâchage de notions déjà vues en cours normal sans la moindre adaptation didactique ou dans de vagues conseils méthodologiques trop généraux pour être utiles.

En ce qui concerne les enseignements d'exploration, il convient de signaler l'élaboration complexe de la carte des formations avec une grande hétérogénéité entre les établissements. Certains lycées en arrivent à ne proposer ni Sciences de l'ingénieur, ni Création et innovation technologique, ni Création et activités artistiques, ni Biotechnologies, ni Santé et social, alors que chacun d'eux propose à la fois Sciences économiques et sociales et Principes fondamentaux de l'économie et de la gestion. En outre, ces cours peuvent facilement être confondus avec les enseignements de détermination. Leurs finalités, leurs programmes et leurs modes d'évaluation demeurent assez flous et n'ont pas rencontré l'adhésion des enseignants.18(*)

Votre rapporteur est par principe opposé à la multiplication des options et à l'élargissement démesuré de l'offre de formation. Sans doute, les enseignements d'exploration sont-ils trop nombreux et pas assez lisibles pour les jeunes et leurs familles, alors que la seconde est essentiellement une classe de détermination avant le choix d'une des filières générales ou technologiques.

* *

*

Si nous voulons améliorer les performances du système éducatif dans un contexte budgétaire difficile, il ne sert à rien de réfléchir en termes de gestion de grandes masses. Il faut travailler à l'affection différenciée des moyens selon les besoins des élèves, et aussi des territoires, qui souffrent de grandes disparités entre eux. Dans une enveloppe qui ne peut guère progresser en volume hors inflation, à chacun selon ses besoins, voilà ce vers quoi nous devons tendre.

Il nous faudra adapter le schéma directeur de l'éducation nationale en réfléchissant à la fois :

- à l'organisation territoriale et au partage de responsabilités entre le ministère, les académies, les inspections académiques et les écoles ou établissements, ainsi que les liens avec les collectivités territoriales et le monde socioprofessionnel ;

- et à l'offre et la carte des formations pour contenir la prolifération des cursus et des options tout en permettant la personnalisation des parcours.

Votre rapporteur recommande à cette fin de coupler expérimentation et évaluation, le second volet étant de l'aveu général trop négligé aujourd'hui. Il souhaite que la mission commune d'information que le Sénat vient de constituer sur le système éducatif apporte des éléments de réponse à ces questions.

Compte tenu de l'ensemble de ces observations, votre commission a donné un avis favorable à l'adoption des crédits pour 2011 de la mission interministérielle « Enseignement scolaire » amendée selon ses préconisations.


* 16 IGEN, La préparation de la mise en oeuvre pédagogique de la réforme du lycée, Rapport n° 2010-082, juillet 2010, p. 6.

* 17 Ibid., p. 9.

* 18 Ibid. p. 13.