Allez au contenu, Allez à la navigation

Projet de loi de finances pour 2016 : Écologie, développement et mobilité durables : Transports aériens

19 novembre 2015 : Budget 2016 - Écologie, développement et mobilité durables : Transports aériens ( avis - première lecture )

B. DES DIFFICULTÉS POUR RECRUTER UNE MAIN D'oeUVRE QUALIFIÉE

Bénéficiant d'une bonne conjoncture, les entreprises adhérentes au GIFAS ont recruté environ 10 000 personnes en 2014 (43 % d'ingénieurs et cadres, 26 % d'employés techniciens agent de maîtrise et 31 % d'ouvriers qualifiés) et 20 % des recrutements ont concerné de jeunes diplômés.

Au total, sur les quatre dernières années, on dénombre pour cette filière la création de 23 000 emplois nets en France (soit une progression de 15 % des effectifs) et plus de 50 000 personnes ont été recrutées (soit le tiers de l'effectif). On observe également par un développement important de l'alternance dans la profession : 6 000 contrats en 2014 contre 4 000 contrats en 2010 (+50 % en cinq ans).

Ainsi, au 31 décembre 2014, l'effectif aéronautique, spatial, de défense et de sécurité de ces entreprises représente 180 000 personnes en France. Il faut noter également que l'intérim aéronautique est fortement sollicité, à hauteur de plus de 11 000 emplois équivalents temps plein. Si l'on ajoute les effectifs estimés des fournisseurs extérieurs au périmètre GIFAS, les effectifs de l'industrie aéronautique nationale sont d'environ 350 000 personnes.

Ces emplois sont présents sur une grande partie du territoire, mais ils sont principalement concentrés dans quatre régions qui totalisent à elles-seules plus de 75% des emplois de la filière : Midi-Pyrénées et Ile-de-France avec 28% des emplois chacune ; Aquitaine avec 10% des emplois ; Provence-Alpes-Côte d'Azur avec 9%.

RÉPARTITION PAR RÉGIONS DES SALARIÉS
DES ENTREPRISES ADHÉRENTES AU GIFAS

Source : GIFAS

En 2015, environ 15 000 recrutements sont anticipés, dont 8 000 embauches pour le seul périmètre GIFAS, principalement dans les métiers de techniciens et d'opérateurs qualifiés. En effet, pour honorer le carnet de commandes, la priorité actuelle est d'assurer la montée en compétence technique des jeunes élèves et apprentis dans les métiers de la production.

Il s'agit d'un enjeu majeur pour la filière car de grandes difficultés persistent dans le tissu des PME et équipementiers pour attirer, former et intégrer des professionnels dans leurs ateliers. En effet, les embauches de techniciens et opérateurs qualifiés représentent en moyenne 31 % des recrutements, dont plus de 50 % pour de nombreuses PME. Or dans certains métiers (ajustage, usinage, soudage, chaudronnerie), les emplois sont difficiles à pourvoir : d'un côté, les spécificités du secteur requièrent un degré élevé d'exigence en termes de savoir-faire manuel, de méthodologie et de rigueur ; de l'autre, le niveau des jeunes sortant du système éducatif dans les formations mécaniques de base est jugé insuffisant par beaucoup d'entreprises.

Un important effort de formation professionnelle et de valorisation de ces métiers est donc à mener et à renforcer dans les bassins d'emplois concernés dans une logique de solidarité de filière. Une expérimentation de parcours partagés d'apprentissage (PPA) est ainsi actuellement conduite dans le cadre du Comité stratégique de la filière (CSF) aéronautique : cette initiative permet de créer une mobilité interentreprises entre grands groupes et PME de la filière en co-formant des apprentis. Aujourd'hui près 170 parcours ont été initiés sur un objectif de 300, impliquant 64 fournisseurs. En parallèle, un travail est actuellement mené pour mettre en place des passerelles avec la filière automobile et un « Forum Emploi Formation » a été organisé au Salon du Bourget, afin de faciliter la découverte des métiers de l'aéronautique et l'échanges avec des professionnels.