Allez au contenu, Allez à la navigation



Inde : un géant en apprentissage

 

B. LE FAIBLE NIVEAU DES INFRASTRUCTURES DE TRANSPORT CONSTITUE UN FREIN SÉRIEUX AU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

1. Les routes

L'Inde dispose de 3,3 millions de kilomètres de routes, ce qui représente le troisième réseau routier au monde. Comme la délégation a eu l'occasion de le constater, en particulier à Bangalore, le réseau est dans un état très insuffisant. Deux chiffres l'illustrent :

- 55 % des routes ne disposent pas de revêtement ;

- 40 % des villages de moins de 1.500 habitants ne sont pas reliés au réseau routier.

Ces insuffisances engendrent des surcoûts très importants puisque le gouvernement a estimé le surcoût en carburant à 530 millions d'euros par an et l'usure supplémentaire des véhicules à 3,1 milliards d'euros. Il convient d'y ajouter les très nombreux accidents de circulation. La situation est d'autant préoccupante que le nombre de véhicules augmente très rapidement. Il a ainsi doublé entre 1995 et 2001, passant de 27,5 millions à 54 millions.

L'Inde a décidé de lancer un grand projet de desserte autoroutière de Delhi, Mumbai, Chennai et Kolkatta, baptisé National highway development project (NHDP). Ce projet devrait être d'un coût total de 19,5 milliards d'euros. Ce grand projet ne répondra toutefois pas à la mauvaise qualité du réseau existant, même dans les villes.

2. Le transport ferroviaire

L'Inde dispose, avec 70.000 kilomètres de voies, du deuxième réseau ferré au monde, qui transporte annuellement 4,8 milliards de voyageurs et 557 millions de tonnes de marchandises15(*). Ces chiffres correspondent à un trafic quotidien de près de 14 millions de passagers.

Avec 42 % du transport de fret et 20 % du trafic passager, le ferroviaire occupe une place importante dans l'équilibre des modes de transport. Il a toutefois tendance à décliner au profit du transport routier. La commission du Plan, dont la délégation a rencontré le principal responsable16(*), prône une relance du ferroviaire, et en particulier du fret, en mettant un terme à la politique de subvention de l'activité passagers par l'activité fret et en restructurant les chemins de fer.

Les membres de la délégation ont pu constater, en visitant le nouveau métro de New Delhi, que l'Inde était parfaitement à même de mener à bien d'ambitieux projets ferroviaires. Ils souhaitent rappeler que les entreprises françaises sont tout à fait présentes dans les projets de métro des grandes villes indiennes.

3. Le transport aérien

Le transport aérien connaît en Inde une croissance dynamique de 25 % par an. Cet aspect est particulièrement important pour la France et l'Europe dans la mesure où le développement de ce marché induit une demande de biens aéronautiques. Les entreprises européennes, à commencer par EADS, sont du reste très présentes sur ce marché.

* 15 Il convient de préciser que près de la moitié du trafic fret consiste dans le transport du charbon.

* 16 Cf. annexe II.